Accueil Monde France

Charlie Hebdo, deux ans après : «C’est un crime politique»

Des cérémonies d’hommage discrètes ont eu lieu devant les anciens locaux de Charlie et à l’hyper cacher. Deux ans après la tragédie, l’hebdo vit bunkérisé. Mais même les critiques n’ont pas domestiqué son insolence.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Un hommage sobre. Un dépôt de gerbes par quelques figures du journal, dont le directeur de la publication, Riss, en présence de la maire de Paris, Anne Hidalgo et du ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux. Mais ni prise de parole, ni rassemblement place de la République pour brandir des stylos au nom de la liberté d’expression comme au soir du drame et lors de la manifestation monstre du 11 janvier 2015. Deux ans après l’attentat de Charlie Hebdo, cette très discrète commémoration de la tragédie qui avait fait douze morts s’est déroulée jeudi dans le XIe arrondissement de Paris, devant les anciens locaux de la rédaction, aujourd’hui désertés. Et pour cause. Depuis l’attentat, l’équipe du journal a déménagé pour un lieu fortifié de la capitale au sein duquel a même été aménagé une sorte de « panic room ». Pas question d’en révéler l’adresse.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Le Carré Jean-yves, samedi 7 janvier 2017, 18:11

    Jamais je n'oublierai Wolinski et Cabu, les idées ne meurent pas, seuls les exécuteurs des basses œuvres sombrent dans l'oubli ! Merdre aux fanatiques islamistes, sinistres illustration d'un Ubu roi sans couilles !

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs