Accueil Noir Jaune Blues

«Noir Jaune Blues»: «Quelque chose a changé avec les attentats»

Face aux affirmations du sondage « Noir Jaune Blues », certaines personnes n’hésitent pas à assumer leur intolérance.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 7 min

J e suis devenu raciste. » Laurent, 50 ans, n’a pas de mots assez durs. Du genre à atteindre le point Godwin après 5 minutes de conversation. Sauf que dans sa comparaison, il est plutôt du côté des nazis : « En termes de répression, il faudrait peut-être aller chercher l’inspiration dans ce qu’ils faisaient pendant l’occupation. »

Il parle de son travail d’intérimaire à Libramont dans une entreprise de conditionnement de lait. De ses collègues, des étrangers « plus occupés à jouer avec leur GSM qu’à travailler ». Il y a un Tchétchène qui « prétend » avoir un diplôme d’ingénieur. « Il la ramène tout le temps et me parle mal, il me méprise. Je lui ai dit : “Toi, on te tolère, tu me donnes pas d’ordres !”  »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Segers Joseph, lundi 9 janvier 2017, 19:36

    le pire c'est que comme pendant l'occupation on n'ose plus parler !!avec la différance que ! ce ne sont plus des soldats agresseurs ,mais nos propres juges et ministres ,et ca c'est incompréensible !!! une liberté qui n'est PLUS!!!!!

Aussi en Noir Jaune Blues

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs