Accueil Culture Musiques

Un opéra circassien pour donner corps aux migrants

Pour la première fois, une compagnie de cirque monte un opéra. Initié par Feria Musica, écrit par Laurent Gaudé et mis en scène par Fabrice Murgia, « Daral Shaga » fait résonner la lutte de l’acrobate pour maîtriser son espace avec celle du migrant pour se faire une place.

Jusqu’au 15 janvier, au Théâtre National (Bruxelles).

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Du cirque sur la scène d’un opéra, voilà qui n’est pas neuf. On a déjà vu, çà et là, des metteurs en scène plaquer quelques numéros de cirque pour illustrer certains passages du livret. Mais jamais, avant Daral Shaga, le cirque n’avait été le point de départ, dès l’écriture, d’un opéra.

C’est donc une forme inédite qu’a imaginée Philippe De Coen, directeur de Feria Musica. « Quand l’Opéra de Limoges m’a passé la commande d’un opéra circassien, j’étais en train de lire “Eldorado” de Laurent Gaudé et j’en étais bouleversé, se souvient-il. Quand je l’ai appelé pour lui demander s’il voulait collaborer, il m’a répondu que, plutôt que d’adapter “Eldorado”, il serait ravi d’écrire un autre livret, une sorte de continuité d’“Eldorado”. » C’est ainsi qu’est né Daral Shaga, parcours croisé d’un émigré sur le retour, et d’un père accompagné de sa fille, tous deux en route vers un ailleurs meilleur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs