Accueil Belgique Politique

Kazakhgate: «Qui pouvait savoir en 1997?»

Pour Claude Eerdekens (PS), ancien président de la commission des naturalisations, « avec ce qu’on sait aujourd’hui de M. Chodiev, on ne l’aurait pas naturalisé à l’époque, bien évidemment. »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

La commission d’enquête « kazakhgate » a vécu ce mercredi ses premiers échanges mouchetés, la grande majorité des personnes appelées à témoigner (anciens fonctionnaires de la Chambre, anciens élus) n’ayant pas eu l’autorisation de relire les dossiers de naturalisation sur lesquels ils allaient être interrogés à vingt années de distance. Dès lors, le temps de lever cet obstacle réglementaire, le bureau de la commission a décidé de ne permettre cette semaine que les questions générales relatives - notamment - à l’organisation de la naturalisation par voie parlementaire telle qu’elle existait dans la seconde moitié des années nonante.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs