Accueil Opinions

Ismaël Saidi: «C’est normal que les gens aient peur de nous, musulmans!»

L’auteur, metteur en scène et comédien de la pièce « Djihad » est en pleine répétition de « Géhenne », la suite de son spectacle aux 70.000 spectateurs. Mais il est aussi très énervé par l’enquête « Noir Jaune Blues »…

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Dans un fauteuil roulant, costume de taulard à l’américaine – orange flash – Ismaël Saidi use ses roues sur les planches du théâtre de Liège. La première de Géhenne, son nouveau spectacle, se tiendra ce dimanche 15 dans la Cité ardente. La pièce, dont le nom renvoie à l’enfer dans la Bible (oui, c’est un musulman qui vous l’apprend !) a été créée comme une suite de Djihad, cette fameuse pièce reconnue d’utilité publique qui a parcouru les salles de Bruxelles, de Wallonie et désormais de France, des Pays-Bas, du Canada et même du Japon ! A travers ce spectacle, la troupe de l’ancien policier bruxellois a emmené pas moins de 73.000 spectateurs, dont 42.000 jeunes, sur les traces de trois jeunes un peu paumés en partance pour la Syrie. Cette fois, le public retrouvera l’un des personnages centraux qui est passé à l’acte. Ayant commis un attentat, dans lequel il a perdu l’usage de ses jambes, le personnage joué par Saidi se retrouve en prison, contraint de rencontrer un prêtre, lui qui a refusé l’aumônier musulman.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Temmerman Martine, samedi 14 janvier 2017, 17:43

    Bien évidemment que nous avons peur des islamistes... puisque dans nos cultures, ce sont des barbares...Mais d'une manière plus générale, nous avons tout autant peur des grandes majorités qui se concentrent en des endroits et qui par leur grand nombre étouffent les cultures existantes qui se sentent agonisantes. Cela se retrouve dans les ghettos américains des grandes villes, dans des lieux de vacances, dans des lieux de philosophie ou de croyances... Si j'ose l'expression, du café avec qq. gouttes de lait, c'est toujours du café; mais avec 10 cuillères de lait... c'est un "lait russe" !!!

  • Posté par christine LIENARD, vendredi 13 janvier 2017, 19:33

    Je n'ai pas peur des musulmans je crains par contre les islamistes

  • Posté par ¨Patrick JM Gillard, vendredi 13 janvier 2017, 13:24

    Une remarque: si les « mécréants » assistent volontiers à un spectacle mis en scène par un musulman ou un spectacle/exposition visant à faire connaître la culture musulmane, combien de musulmans peut-on voir fréquenter les spectacles/expositions des Beaux-Arts et autres musées, les théâtres, les spectacles de danse contemporaine, le Conservatoire....?. Je suis chaque fois choqué de n'y voir qu'une clientèle très belgo-belge......

  • Posté par Monsieur Alain, vendredi 13 janvier 2017, 16:47

    Je partage ce vécu. Par contre, les "plaisirs d'hivers" en janvier ou la Foire Annuelle en juillet a Bruxelles (pour ne citer qu'eux) sont largement multi-culturels.

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs