Accueil Société

Les plages de la Côte défigurées par la tempête Dieter

D’énormes quantités de sable ont été emportées par les vagues créant de dangereuses falaises sur les plages. Réparer et sécuriser coûtera 17 millions d’euros.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Un spectacle gratuit pour les yeux. Presqu’un ouvrage d’art ou d’architecture. Les stigmates laissés par la tempête Dieter qui a touché la Côte belge la semaine dernière sont impressionnants. De véritables falaises ont été érigées sur certaines plages du littoral dont les plus hautes sont visibles à Ostende, Bredene ou encore Nieuport. Au total, ce n’est pas moins d’1,6 million de tonnes de sable qui a été arraché des plages pour regagner la mer du Nord, soit l’équivalent de 100.000 camions. Non sans poser un grave problème de sécurité.

« Marcher dans le sable est très dangereux. Le mur de sable est souvent haut de plus de 2 mètres. Au pied, le sable se désagrège et peut s’effriter », prévient Steve Vandenberghe, le bourgmestre SP.A de Bredene. Nous n’avons presque plus de plage. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Monsieur Alain, vendredi 20 janvier 2017, 19:53

    Nous, nous avons Publifin et consort, les flamands eux, ils ont la côte flamande qui se casse. A chacun ses priorités ! Il n'est pas établi que l'argent du contribuable qui disparaît en mer dans les milliers de tonnes de sables soit plus important que celui qui disparaît dans la constellation des intercommunales wallonnes. Deux différences cependant : l'argent perdu par le contribuable wallon 1° n'est pas perdu pour tout le monde 2° on ne sait pas le récupérer au large d'Ostende.

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs