Accueil Monde France

Primaire de la gauche: et le vainqueur est... Emmanuel Macron!

Benoît Hamon vire en tête au premier tour de la primaire. La partie s’annonce difficile pour Manuel Valls au second. Tout bénéfice pour Emmanuel Macron.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Au terme du premier tour de la primaire de la gauche, il y a eu dimanche soir trois vainqueurs. Les deux officiels, d’abord. Benoît Hamon, qui vire en tête avec 35,21 % des voix selon les premiers résultats et Manuel Valls qui, en ballottage défavorable avec 31,56 %, gagne au moins un sursis avant de rejoindre – peut-être - le cimetière des éléphants dimanche prochain. Mais le vrai gagnant de la soirée pourrait bien s’appeler… Emmanuel Macron .

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par De Bilde Jacques, lundi 23 janvier 2017, 9:50

    La social-démocratie est morte. Elle doit inventer un nouveau projet orienté sur ses fondamentaux; une nouvelle utopie qui redonne du sens à toux ceux qui se sentent délaissés, qui souffrent de la mondialisation. Les PS en Europe se sont "cassés la figure" parce qu'ils ont intégré les dogmes néo-libéraux qu'ils ont appliqués sans vergogne quand ils étaient au pouvoir. La gauche doit aussi redonner sens à la politique : comme le dit M. Onfray, la politique c'est "Séduction, élection, trahison". Pour moi, F. Mitterand en était le représentant le plus machiavélique. C'est lui qui a tué la gauche. Tout d'abord en éliminant les communistes, ensuite en permettant au FN de devenir une force politique non négligeable. Enfin, à la fin de ses 2 mandats, la France était plus inégalitaire alors qu'il avait suscité tant d'espoir en 1981. Le Mitterandisme s'est terminé par la déroute de la gauche, le suicide de Bérégovoy... F. Hollande, n'a fait que terminer le travail. Pour sur, la gauche ne sera pas représentée au second des présidentielles. Le PS français risque d'imploser : je ne vois pas de réconciliation possible entre les deux courants incarnés par Valls et Hamon. Et je ne vois pas d'homme ou de femme capable de rassembler le PS autour d'un projet commun.

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs