Accueil Société

«Dans une prison au moins, vous savez quand vous allez sortir»

Les visiteurs de centres fermés font partie des rares personnes accréditées pour accéder à ces lieux de détention. Le témoignage de Maaike Vanderbruggen.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

L’état des lieux du Ciré s’est appuyé sur les rapports des visiteurs de centres fermés, qui font partie des rares personnes à avoir accès à ces lieux de détention. L’activité n’est pas subsidiée et relativement précaire. Contrairement à d’autres pays, les associations qui s’en occupent n’ont pas de contrats avec l’Etat, simplement des accréditations nominatives d’accès à l’un ou l’autre centre, qui peuvent être révoquées à tout moment, sans justification. Maaike Vanderbruggen visite une fois par semaine le centre de Merksplas pour l’association Jesuit Refugee Service.

En quoi consiste le travail de visiteur de centre ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs