Accueil Monde

Un premier face-à-face à Astana entre combattants syriens

Le régime syrien et les combattants rebelles entament lundi au Kazakhstan leurs premières négociations directes depuis le début de la guerre en Syrie. Ces pourparlers s’annoncent plus militaires que politiques. Le gouvernement syrien et les rebelles non-djihadistes vont avant tout s’efforcer de renforcer le fragile cessez-le-feu instauré le 30 décembre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Astana. Ce nom exotique – la capitale du Kazakhstan, Etat proche de la Russie dans tous les sens du terme – passera-t-il dans la postérité comme le tournant politique décisif dans l’insoluble conflit syrien ? Rien n’est moins sûr. Mais, en tout cas, ce 23 janvier s’y ouvriront dans l’après-midi les premiers pourparlers entre combattants syriens, entre donc le régime de Bachar el-Assad et quelques-uns des représentants des groupes armés présents sur le terrain, et non plus l’opposition politique exilée, comme jusqu’ici dans les précédentes tentatives de dialogue.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs