Accueil Monde

Le cessez-le-feu en Syrie consolidé... sur le papier

Moscou, Ankara et Téhéran, qui parrainaient des négociations à Astana sur le cessez-le-feu en Syrie, ont obtenu ce qu’ils souhaitaient, la consolidation du cessez-le-feu. Mais la méfiance l’a emporté et les progrès semblent ténus.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Consolider le cessez-le-feu en Syrie mis en place le 30 décembre dernier ? C’était le but annoncé par les parrains de la conférence d’Astana de ces 23 et 24 janvier qui a réuni pour la première fois les représentants du régime et d’une quinzaine de groupes armés. Ces parrains, la Russie, l’Iran et la Turquie, vont mettre en place « un mécanisme pour surveiller et s’assurer de la complète mise en œuvre du cessez-le-feu et éviter toute provocation », selon la déclaration finale adoptée après deux jours de discussions dans la capitale du Kazakhstan. Un mécanisme dont rien n’a été révélé...

Le régime et les rebelles, qui se sont regardés en chiens de faïence pendant deux jours, n’ont pas signé la déclaration finale, même si les seconds ne sont pas repartis les mains vides, ayant obtenu d’être représentés aux prochaines négociations, politiques celles-là, organisées par l’ONU à Genève par l’ONU à partir du 8 février.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs