Accueil Économie

Normes anti-bruit à Brussels Airport: vives tensions entre la Flandre et Bruxelles

Si aucune solution n’est trouvée d’ici le 21 février, les compagnies aériennes devront respecter les normes de bruit à la lettre. Aucune norme de tolérance ne sera plus acceptée.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Les gouvernements bruxellois et flamand continuent à s’opposer sur le dossier des nuisances sonores causées par l’activité de Brussels Airport. La Flandre a soulevé un conflit d’intérêts contre la décision de Bruxelles de faire respecter strictement ses normes de bruit.

Un dialogue de sourds

Une réunion à ce sujet mercredi n’a rien donné au comité de concertation. «Nous avons régressé car Bruxelles refuse tout simplement la concertation», a affirmé le ministre flamand de la Mobilité à l’issue de la réunion. Le gouvernement bruxellois dément et rappelle qu’il demande une concertation depuis plus de deux ans. Le Premier ministre, Charles Michel, réunira toutes les parties en février pour tenter de trouver une solution.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Heunders Bernard, jeudi 26 janvier 2017, 5:57

    Ben Weyts reconnait implicitement que la Flandre (où est l'aéroport "national"...) n'est pas dérangée par le bruit !

  • Posté par Belleflamme Ernest, mercredi 25 janvier 2017, 19:15

    Contraindre les compagnies à respecter les normes de bruit est de nature à favoriser l'emploi de manière indirecte. En effet, les compagnies qui seraient pénalisées par des amendes seraient contraintes d'investir dans des avions moins bruyants. Cet investissement est de nature à créer beaucoup d'emplois en amont et surtout des emplois de haut niveau. Il est temps que les riverains de TOUS les aéroports s'unissent pour contraindre les autorités à aller dans ce sens. Le chantage à la délocalisation des compagnies aériennes est trop facile. Encore faut-il qu'elles trouvent un aéroport sans riverains. A ma connaissance, il n'y en a qu'un dans les environs, c'est VATRY non loin de Chalon sur Marne en Champagne On peut admettre qu'il est aisément possible de trouver des avions capables de respecter les normes de bruit pour le transport de passagers. Le problème est crucial pour les vieux avions cargos utilisés pour le fret où les normes de bruit sont régulièrement enfreintes parce que les compagnies de fret préfèrent amortir les vieilles carcasses que d'investir dans des nouvelles. Ces compagnies n'ont rien à cirer des riverains. Une législation européenne contraignante en la matière est urgente.

  • Posté par Brajbart Sara, mercredi 25 janvier 2017, 17:25

    Que l'on déplace l'aéroport ! Cela suffit les passe-droits !

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs