Romelu Lukaku et Kevin De Bruyne impressionnés par un autre Diable rouge: «À l’Euro, c’est notre entraîneur adjoint» (vidéo)

photo news
 
photo news
Photo News
photo news
photo news
photo news
photo news
photo news
photo news
photo news
Photonews
Photonews
Photonews
Photonews
David Henen ne sera donc pas libre en juin prochain.
Photonews
Belga
Le choix de la rédaction
  1. BELGAIMAGE-163013725

    Coronavirus: doit-on tous porter un masque?

  2. Maggie De Block est loin de faire l’unanimité, tant côté syndical que politique.

    Coronavirus: les syndicats se plaignent de Maggie De Block à la Première ministre

  3. Report at the Metropole Savoie Hospital Center (Centre hospitali

    La mort d’une Gantoise de 12 ans rend l’épidémie plus inaudible que jamais

La chronique
  • «Comme on nous parle»: Ne pas se toucher, l’épine dans le talon de nos conversations

    C’est une cousine croisée il y a un mois, il y a un siècle, une éternité. Il pleut, c’est le soir. On se tombe dessus à la gare, en sortant du train, et on se fait la bise puis d’un coup, comme si la joue de l’autre nous avait brûlées comme de l’acide, on recule, horrifiées : « Mince ! On s’est embrassées ! » On n’avait pas encore l’habitude, à l’époque, mais le mètre 50 de sécurité, ça, on savait déjà.

    Du coup, on recule. 1m50, c’est la distance latérale de dépassement d’un piéton ou d’un cycliste, hors agglomération. Parler à quelqu’un à 1m50 de distance, c’est comme si vous vous teniez tous les deux de chaque côté d’une petite citadine, une Citroën C-Zero ou une Peugeot iOn. Ou d’une table de ping-pong, dans sa largeur. Ou d’une baignoire. Ou d’un poney.

    1m50, c’est un peu plus que ce qu’on appelle notre « distance personnelle », qui est de 1m20. Soit la taille de notre bulle. La proxémie – l’étude du rôle des distances dans les relations interpersonnelles – montre comment la présence d’une autre personne à l’...

    Lire la suite