PHOTONEWS_10929325-299
PHOTONEWS_10929325-262
SOCCER-EURO-DNK-BEL_PREVIEW
AFP
PHOTONEWS_10928612-004
10929515-096
Vertonghen
PHOTONEWS_10929192-115
Locatteli
PHOTONEWS_10929120-016
IMG_5253
Cristiano
PHOTONEWS_10929325-237
(FILE) ITALY SOCCER SERIE A
10929515-069
PHOTONEWS_10927858-014
Le choix de la rédaction
  1. Image=d-18010911-WEDXR5_high

    La paix sociale sur le rail 2021-2022 est soumise au vote

  2. La voie est libre pour le candidat ultra-conservateur Ebrahim Raïssi, dont le portrait est régulièrement brandi lors des rassemblements de campagne à Téhéran.

    En Iran, les ultraconservateurs vont s’emparer de la présidence

  3. Image=d-20210617-GN8FEQ_high

    Voyages: le test PCR, ce trésor wallon (presque) introuvable

La chronique
  • La chronique «Enjeux» sur la menace extrémiste: le mieux n’est jamais certain

    Dorothy Thompson était correspondante du New York Post à Berlin dans les années 1930. Elle fut aussi la première journaliste américaine expulsée par le régime nazi, en août 1934, car elle n’avait aucune illusion sur les intentions d’Adolf Hitler, alors que d’autres prônaient l’apaisement et l’accommodement. Son jugement des accords de Munich en 1938 fut sans appel : « ceux qui, parmi nous, connaissent le sort que les autorités nazies réservent aux minorités savent que cet accord débouchera ouvertement sur l’établissement du règne de la terreur, écrivait-elle le 2 octobre 1938 dans le New York Herald Tribune. Cette paix a été fondée sur l’illégalité et elle ne pourra se maintenir que par l’illégalité. Elle a été fondée sur la dictature et elle ne pourra se maintenir que par la dictature. Elle a été fondée sur la trahison et elle ne pourra se maintenir que par la trahison ».

    Une prédisposition à l’inhumanité

    En août 1941, elle publiait dans Harper’s Magazine une...

    Lire la suite

  • Joe Biden et Vladimir Poutine tentent la désescalade

    Une poignée de main et des sourires, c’est un bon début. Après des mois de tensions entre les Etats-Unis et la Russie, place à la désescalade. La première rencontre entre les présidents des deux grandes puissances, mercredi à Genève, a permis d’avancer sur plusieurs dossiers et même d’en débloquer certains dont celui du retour des ambassadeurs dans les deux capitales. Et surtout de calmer le jeu ; du moins en apparence comme sur la cybersécurité par exemple, mais pas sur les droits humains. Poutine a qualifié l’entrevue de « ...

    Lire la suite