Accueil Société

Livreurs à vélo, nouveau phénomène urbain

Carburant de la « foodtech », ils seraient déjà 1.900 à pédaler pour Deliveroo et UberEats à Bruxelles. Sans contrat, au rythme de la demande. Arrêt sur image, une soirée, sur ce nouveau phénomène urbain.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 11 min

Ils ont entre 17 et 35 ans. Pour seuls points communs, un vélo pas loin et un téléphone connecté dans la poche. Petit blond, grand brun, fumeur, sportif du dimanche, étudiant, travailleur de soirée, indépendant, fou de deux-roues, chômeur, fraîchement licencié… On s’étonne de la bonne ambiance entre ces profils aussi disparates, réunis au milieu de l’avenue Louise à Ixelles. Autour d’une table en bois, placée là comme symbole de convivialité urbaine. Eux, ce sont ces nouveaux acteurs du paysage bruxellois, omniprésents dans les rues de la capitale depuis quelques mois. Carburants de la « foodtech », main-d’œuvre à la demande de jeunes boîtes comme Deliveroo et UberEats qui ont fait de la livraison de plats de restaurant à domicile une « tendance ». Coursier par passion, par facilité, souvent par nécessité. Selon les derniers chiffres, ils sont 1.900 à braver le pavé bruxellois occasionnellement ou quotidiennement, de restaurants en bureaux, de domiciles en restaurants.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Smart , samedi 4 février 2017, 15:05

    Une rectification et un regret La salaire relevé dans le cadre d'un livreur salarié par SMart pour des courses Deliveroo, est... un salaire minimum ... il peut être plus élevé (et l'est, un peu). par ailleurs, Smart a négocié avec Deliveroo un dispositif plus avantageux que le système "à la course": dès la première course, le coursier sera engagé pour 3h minimum. Enfin, les 6,5% de SMart ne SONT PAS prélevés sur le salaire brut, mais facturé à Deliveroo. Le regret: ce type de services ne peut que provoquer des jobs de très faible qualité (pour ne pas dire autre chose). Et si ils existent, il faudrait peut-être aussi interroger le comportement des consommateurs : quand ils seront prêts à payer quelques euros de plus pour une livraison (aujourd'hui, le consommateur paie au plus 2,5€ la livraison du repas), on en reparlera !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs