Accueil Culture

Lizzie Borden: «Trump n’est pas mon président»

La réalisatrice américaine de « Born in flames » est ce week-end à Cinematek pour une rétrospective. L’occasion d’évoquer la situation politique de son pays.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Si son nom est moins connu que celui de son amie Kathryn Bigelow, la présence de Lizzie Borden à Bruxelles reste un événement en soi. Loin du gratin hollywoodien, la cinéaste indépendante et féministe balance en 1983 Born in flames, film coup de poing primé à Berlin. Avec sa caméra au poing, Lizzie Borden plonge dans le New-York crasseux du début des années 80. Un New-York en proie à la violence mais aussi à une explosion artistique inouïe avec des gens comme Jean-Michel Basquiat ou Julian Schnabel. Sorte de documentaire mêlant personnages fictifs et existants, Born in flames dénonce le racisme et le sexisme ambiant. Un film qui garde, quasi 35 ans plus tard, toute sa pertinence. C’est d’ailleurs par sa présence à la récente marche des femmes contre Trump à Los Angeles que commence une rencontre qui s’est déroulée hier vendredi dans l’appartement du quartier des Marolles qu’occupe la cinéaste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs