Accueil Société

Un professeur de la VUB condamné à mort en Iran pour espionnage

Selon l’université, l’homme n’aurait pas eu droit à un avocat.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Accusé d’espionnage, un professeur de médecine de catastrophe à la Vrije Universiteit Brussel (VUB) vient d’être condamné à mort en Iran, selon des informations de la VUB. Ahmadreza Djalali, un ressortissant iranien, a été interpellé en avril 2016 alors qu’il rentrait rendre visite à sa famille.

Selon les informations de la VUB, l’homme aurait passé sept mois à l’isolement, sans être jugé devant un tribunal et sans voir d’avocat.

«  Un scientifique qui accomplit un travail humanitaire important condamné sans procès public à la peine de mort. C’est une violation scandaleuse des droits humains universels contre laquelle nous devons réagir de manière décisive  », a déclaré la rectrice de l’université, Caroline Pauwels.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs