Accueil Belgique Politique

Pacte d’excellence: les points qui posent problème

Le Segec a donné son accord sur le Pacte d’excellence. Malgré tout, les inquiétudes des directeurs et des enseignants demeurent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Après consultation de sa base (les pouvoirs organisateurs et les directeurs du libre), le Secrétariat général de l’enseignement catholique (Segec) a été le premier à s’exprimer sur le Pacte d’excellence. En l’occurrence, pour dire « oui » au projet de réforme. Il nous revient que cet assentiment n’a pas été facile à obtenir et que, au sein de l’organisation, le pacte a provoqué des hauts-le-cœur chez certains directeurs, singulièrement du qualifiant (technique/professionnel). Certains de ceux-là ont plaidé un « non ferme ». Le jeu de la démocratie interne a fait emporter le « oui. » Il n’efface pas les inquiétudes. Et ces directeurs veulent les faire connaître.

Ils saluent une série de progrès, bien sûr (renfort au maternel, tronc commun plus diversifié, encouragement à réduire le redoublement…). Mais certains points ne passent pas et sont assimilés à des « paradoxes. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 6 février 2017, 14:24

    Le PACTE attribue toutes les causes du redoublement aux enseignants qui doivent revoir leur pédagogie, suivre des formations continuées, intéresser les élèves mais ils semblent ignorer que la cause fondamentale d'échecs est à attribuer aux élèves: beaucoup ne travaillent pas ou le font mal, en se limitant à lire leur cours de maths par exemple,beaucoup sont inattentifs aux cours, pas à cause des contenus, mais parce qu'ils sont "ailleurs"(cf synthèse des réponses aux questionnaires du PACTE).En plus les incapacité d'attention et de concentration sont devenues, ces dernières années,un réel fléau! Ce que les membres du groupe central semble ignorer c'est la cause réelle: les écrans en tout genre (cf les conférences sur Youtube, de B. Stiegler,Ph Meirieu, S. Dehaene)!!!!!

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 6 février 2017, 14:50

    Il s'agit là d'un problème extérieur à l'école pour lequel, elle ne peut rien faire. Il est injuste d'exiger des enseignants de résoudre des problèmes de société qui leur échappent . Au lieu de porter atteinte aux enseignants, le PACTE ferait bien de demander au ministère de l'enseignement de remplir son devoir à savoir: informer la population des dérives des TIC. C'est un réel problème de santé publique car les écrans portent aussi atteinte à la santé (cf sur Youtube :TV: Lobotomie, les vérités scientifiques sur les effets de la TV, Les enfants face aux écrans -02-04, B. Stiegler; sur INTERNET :Les écrans créent des cerveaux fanés,M. Desmurget, chercheur spécialisé en neurosciences cognitives).

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 6 février 2017, 14:07

    Second répondre : sont simplistes, du genre : "Papa veut acheter 2,5 m de latte en bois pour faire une plainte.Les lattes se vendent 3,5 euros pour 4 m.Combien paiera-t-il?".En outre la plupart se résolvent par remplissage de tableaux tels les problèmes de proportions dans les recettes de cuisines, ou les problèmes d'échelles par exemple.Les élèves les remplissent comme des robots mais ignorent ce qu'ils font réellement. Faites l'expérience avec votre enfant de 6°P ou plus : posez lui la question : la distance entre Liège et Bruxelles est de 116 km, sur ma carte, je mesure 19 cm. Qu'elle est l'échelle de ma carte? Vous serez édifié.Rarement, les élèves rédigent une solution de problème, elle apparaît toujours comme une suite de calculs?Alors échecs PISA PISA!!!!

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 6 février 2017, 13:14

    Le redoublement?Le mot à lui seul exigerait une longue dissertation.Pour les pédagogues et par suite les politiques, les causes des mauvais résultats aux tests PISA sont le redoublement et l'iniquité. Je ne pense pas que ce soit le cas. Ce n'est pas le % de redoublement qui en est la cause mais bien les raisons de ce redoublement c'est- à dire le manque de connaissances et de compétences.Bien sûr, les pédagogues objecteront que les tests PISA ne sont pas des tests de connaissances.Bien sûr, je sais que les tests PISA ne sont pas des tests de restitution de matières, que ce sont des tests de culture de.....Mais, la résolution de toutes les questions de maths demandent des connaissances fondamentales:tables de multiplication, transformation d'unités, calculs

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 6 février 2017, 13:28

    de périmètres, d'aires de surfaces planes simples et complexes, détermination de l'échelle d'un plan,etc c'est-à dire connaissances de formules de 6°P que la majorité des élèves de 2°S n'ont pas!!!!Les items PISA demandent aussi d'être capable d'élaborer un raisonnement déductif rigoureux puisque la plus part de ceux-ci sont des problèmes.Mais comme me le disent les élèves, du primaire jusqu'à la fin du secondaire,: Madame les problèmes "c'est un problème".Bien évidemment il est difficile de résoudre un problème quand ne comprend pas l'énoncé parce qu'on ne sait pas lire, tout simplement.La situation est un comble étant donné que les compétences, apprennent ,soit disant, les maths par résolution des problèmes!!!La raison en est que dans le primaire, les problèmes

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs