Accueil Belgique

Linkebeek: les partis francophones dénoncent «un coup d’Etat communautaire»

Liesbeth Homans impose un maïeur par la force, refusant de laisser Damien Thiéry faire fonction plus longtemps. Rappel des faits et analyse.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 5 min

La N-VA avait promis un gel pour cinq ans des questions institutionnelles au fédéral… mais elle ne s’y est pas engagée au niveau régional. Via sa ministre des Affaires intérieures flamandes, Liesbeth Homans, elle vient de relancer le carrousel communautaire dans la commune à facilités de Linkebeek : sur les ondes de VTM d’abord, par tweet de sa porte-parole adjointe ensuite, elle a en effet annoncé, dimanche, avoir nommé le jour même jour le conseiller communal flamand de l’opposition, Eric De Bruycker, au poste de bourgmestre, dans cette commune à 90 % francophone. Après réunion avec son parti Prolink, celui-ci a accepté. Il prêtera serment ce lundi (ce qui fera perdre un échevinat aux élus francophones).

Rappel des épisodes précédents.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs