Accueil Société

Pensionnés, ils ont changé de vie et sont heureux

Selon une enquête du bureau fédéral du Plan, 16,2 % des pensionnés présentent un risque de pauvreté. Pour l’éviter, certains ont tout plaqué pour vivre une nouvelle vie. Ils s’en réjouissent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Depuis la route principale qui traverse le petit village de Sars-la-Bruyère, dans l’entité de Frameries, rien ne permet de le deviner. Si ce n’est un petit panneau signalant un parking réservé aux visiteurs. Pourtant, au bout d’un étroit chemin de terre et de cailloux, le parc résidentiel se profile. Rien à voir avec les campings touristiques. Ici, tous les résidents occupent de grandes caravanes fixées au sol. Bien souvent affublées d’un bardage en bois, elles ressemblent à s’y méprendre à des chalets ou des bungalows. Dans les parcelles de verdure qui les entourent, fleurs, arbustes ou décorations en tous genres donnent une idée de la personnalité des propriétaires. Car ici, chacun possède son logement et y vit à l’année. En toute légalité et par choix. La majorité sont des pensionnés qui ont décidé de changer de vie. Ils ne sont en rien précarisés ou dans le besoin.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs