Vers l’école obligatoire dès l’âge de trois ans

L’immense majorité des petits enfants sont inscrits en maternelle mais ils ne la fréquentent pas tous assidûment. © Michel Tonneau.
Enseignement
Info « Le Soir »
 
Selon l’institutrice, grâce à la méditation, l’ambiance est plus sereine.
d-20180930-3NV6FT 2018-09-30 17:05:36
Photo d’illustration
d-20160314-G6HD5J 2016-03-14 09:39:57
Photo: Sylvain Piraux
d-20160726-G94V83 2016-12-04 22:13:06
Yvon Englert (ULB), Naji Habra (UNamur), Philippe Dubois (UMons) et Pascal Lambert (Haute école Condorcet).
Jean-Marc Nollet, Elio Di Rupo et Willy Borsus
Anuna De Wever et Adélaïde Charlier
En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’immense majorité des enseignants se sentent mal aimés, ils sont persuadés que leur profession est peu ou pas valorisée par la société en général.
L’examen d’entrée en médecine et dentisterie passionne les statisticiens, docimologues et autres économistes.
belgaimage-137670639-full
Marie-Martine Schyns en visite à l’école fondamentale Notre-Dame du Rosaire, à Bressoux.
Dries Van Langenhove, membre du Vlaams Belang
A l’Ecole Neuve, liberté est laissée aux enfants de choisir l’activité de début de journée. © Mathieu Golinvaux.
belgaimage-154838568-full
Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite