B9726987126Z.1_20210509223407_000+GO4I3JMO7.1-0
d-20190927-3WC0N8 2020-09-13 22_02_01
La/le titulaire corrigera les copies de ses élèves, est-il stipulé dans la circulaire de la ministre de l’Education Caroline Désir.
Valérie Glatigny, la ministre de l’Enseignement supérieur (MR).
Selon les experts, la formation au sens large est identifiée par de nombreux acteurs comme la clé de voûte de la relance, du redéploiement et de la transition de la Wallonie.
B9727076943Z.1_20210518162443_000+GNVI5DF0R.1-0
Pas question d’imposer le point médian dans les écoles.
Caroline Désir, la ministre de l’Education
B9727014069Z.1_20210512142528_000+G01I454U2.1-0
d-20210405-GM2D1K 2021-04-05 14_50_50
d-20210514-GMNHVU 2021-05-14 10_13_48
Comme après chaque réouverture des écoles, le nombre de tests effectués va crescendo. Par conséquent, les cas recensés augmentent et les absences aussi.
d-20210328-GLYADW 2021-05-03 13_38_15
d-20210323-GLVTFE 2021-03-23 11_50_30
Selon le chronopsychologue, le schéma «7 semaines de cours + 2 semaines de congé» permet de respecter les rythmes annuels des jeunes.
L’idée est d’éviter l’engorgement des tribunaux de la famille.
Le choix de la rédaction
  1. Harry et Meghan ne sont vraiment plus en odeur de sainteté du côté de la famille royale...

    Buckingham Palace règle ses comptes avec Harry et Meghan

  2. L’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique réunit quelques-uns des meilleurs cerveaux de ce royaume. © Pierre-Yves Thienpont.

    L’Académie royale recherche le parfait équilibre

  3. Cinq morts et neuf blessés dans l’effondrement de l’école en construction, vendredi à Anvers.

    L’effondrement à Anvers souligne que la construction reste un secteur dangereux

La chronique
  • La chronique Carta Academica sur les grèves de la faim des «sans-papiers» dans nos universités (2009-2021): les corps meurtris d’une politique meurtrière

    La grève de la faim de personnes « sans-papiers » actuellement en cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et à la Vrije Universiteit Brussel) (VUB) a un tragique air de déjà-vu. Souvenez-vous : en 2009, l’ULB avait déjà hébergé 250 personnes « sans-papiers ». De telles occupations avaient lieu au même moment dans d’autres universités et églises de Belgique. Toutes ces occupations de lieux symboliques avaient une visée politique : demander des critères de régularisation clairs et permanents pour les « sans-papiers ». Jusqu’alors, les régularisations se faisaient en effet au cas par cas, selon le bon vouloir de l’officier d’état civil auquel les requérants étaient confrontés.

    Face à l’inertie du politique, le mouvement s’était durci : les membres de plusieurs occupations, dont celle de l’ULB, avaient décidé d’entamer une grève de la faim. Le droit belge stipule en effet que « l’étranger qui séjourne en Belgique et qui dispose d’un document d’identité et souffre d’une maladie dans un état tel qu’elle entraîne un risque réel pour sa vie...

    Lire la suite

  • En France, on s’est trompé de campagne

    L’élection régionale dont le premier tour a lieu dimanche, suscite un sentiment contrasté. Chez les politiques, c’est la fébrilité. Car ce dernier vote avant la présidentielle de 2022 pourrait distribuer les cartes de la future compétition élyséenne. Mais sur les marchés ? Nombre de Français rencontrés n’étaient même pas au courant de ce scrutin, à part peut-être en Paca où l’enjeu (la victoire possible du RN) a été à juste titre dramatisé. La maire socialiste de Montdidier, dans la Somme, nous faisait récemment cette terrible...

    Lire la suite