Donald Trump est notamment accusé d’avoir attisé la colère de ses partisans lors de son discours en plein air, le 6 janvier, les invitant à «marcher sur le Capitole».
Le nouveau président Joe Biden a mis en place, avec son équipe, un retour auprès des Palestiniens en trois temps.
Si les élections en tant que telles se sont plutôt bien déroulées dans les 50 Etats, le rapport de l’OSCE pointe du doigt la période post-électorale fortement perturbée par Trump.
d-20210131-GL2332 2021-01-31 08_08_00
Donald Trump est accusé d’«incitation à l’insurrection». Il ne s’agit plus cette fois d’abus de pouvoir et d’entrave à la bonne marche du Congrès, mais d’un crime a priori plus grave.
L’ancien président des Etats-Unis, le Républicain Donald Trump est une deuxième fois confronté à un procès en destitution, une première dans l’histoire américaine.
FILES-US-DIPLOMACY-ECONOMY-SHULTZ
USA WHITE HOUSE BIDEN
Le bâtiment du Pentagone, à Arlington, en Virginie.
FILES-US-POLITICS-VOTE-MEDIA-FOX-DOBBS
POLITICS SPORTS
RTX7TO8B1
B9726014942Z.1_20210202170446_000+G51HH9L51.2-0
HEALTH-CORONAVIRUS_VACCINES-COVAX-SERU
USA BIDEN STATE DEPARTMENT
FILES-US-POLITICS-IMPEACHMENT-BRIEF
Le choix de la rédaction
  1. Horeca

    Réouverture de l’horeca en terrasses: voici les premières pistes

  2. FILES-US-PHARMACEUTICAL-OPIOID

    L’Agence européenne des médicaments recommande le vaccin Johnson & Johnson malgré un lien possible avec des caillots sanguins «très rares»

  3. Certains employés de l’horeca percevant un salaire de près de 2.400 euros net par mois et qui ont connu une longue période d’inactivité, pourraient devoir verser jusqu’à 2.000 euros au fisc, selon «Het Laatste Nieuws».

    Coronavirus: l’impact fiscal du chômage temporaire continue de préoccuper

La chronique
  • Et sinon, à part ça?

    C’est le voisin, la collègue, la famille, le dentiste, les copains, c’est tous ceux qu’on croise, tous ceux qu’on appelle. On démarre tranquillement sur le soleil, le boulot, les enfants, comme on l’a toujours fait, et voilà qu’irrévocablement, irrémédiablement, il se pointe : le coronavirus. Comme un gros malpoli qu’il est, sans prévenir, sans qu’on l’ait invité.

    Tous les dialogues se ressemblent désormais : « Oui, je fais des pompes et des abdos, histoire de garder la forme (appareillage tout en douceur, la mer est calme). Quoi ? Non, c’est pas les muscles, je me frotte le bras parce que j’ai un peu mal, je me suis fait vacciner hier (paf, l’iceberg !). C’est fou, avec Patrick, on s’est inscrits le même jour et lui, on l’a envoyé à Ronquières et moi, à Tubize. Lui Astra et moi Pfizer ! Quel bordel, tu y comprends quelque chose, toi (glou glou glou) ? »

    Avec ses variants : (anglais) « Sorry, sweetie, I didn’t call you back : I got it ! » (et autres) « ...

    Lire la suite

  • Nous ne sommes pas égales devant le virus

    J’en ai vraiment assez, mais bon, moi, je ne peux pas encore me plaindre. » Cette phrase, nous l’avons souvent entendue au cours des derniers mois, nous l’avons même prononcée. Parce que nous avions la chance de passer ce confinement avec un salaire, un jardin, un vaste appartement, pas d’enfants à la crèche ou scolarisés, pas de maladies graves.

    Le filtre du « genre »

    Aujourd’hui, l’analyse des impacts...

    Lire la suite