La BCE agira d’ici six semaines – en jouant, a précisé Christine Lagarde, sur l’ensemble des outils à sa disposition.
L’incertitude quant à l’issue des élections américaines pèse aussi sur les marchés. © Reuters.
C’est sur le compte à vue (sur lequel le taux d’intérêt est déjà nul) que la banque applique un taux négatif, dès que les sommes dépassent un million d’euros. © Belga.
d-20200921-GJ08Q0 2020-09-21 10:23:46
d-20190327-3T1AE2 2020-10-06 15:13:39
Le gouvernement remet 500 millions sur la table pour l’Horeca.
Au-delà du principe, les partenaires de la Vivaldi n’ont l’air d’accord sur rien.
Fons Verplaetse (à droite) en compagnie de Wilfried Martens dans sa maison de Poupehan où ils ourdirent la dévaluation de 1982. © Dominique Duchesnes.
Dans quelques semaines chez Triodos, le taux d’intérêt des comptes d’épargne passera à 0
%. Il sera même négatif, de –
0,5
%, au-delà de 500.000 euros.
SWEDEN-NOBEL-ECONOMICS
La start-up Cowboy avait été forcée en décembre dernier d’interrompre pendant 24 heures son financement participatif, sa communication aux particuliers n’étant pas conforme à la législation. Elle a finalement levé 4 millions d’euros via cette opération.
PAUL MAGNETTE
Donald Trump et son épouse Melania
d-20200327-GFNJU7 2020-09-30 12:00:40
Encore une réforme fiscale en vue...
Tatone-BFN-Banks-Gold-logo OK (2)
Le choix de la rédaction
  1. Terrasses

    Réouverture de l’horeca: les bourgmestres frondeurs persistent, le fédéral reste inflexible sur la date

  2. PHOTONEWS_10865389-082

    Réouverture de l’horeca: un bourgmestre ne peut pas empêcher la police de verbaliser

  3. d-20210205-GL598J 2021-04-14 11_55_07

    Voyages: quelles sont les mesures en vigueur dans les pays prisés des Belges? (carte interactive)

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: «Il faut savoir où nous allons»

    Le covid est sans doute l’un des plus grands défis lancés aux démocraties occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, paradoxalement, au-delà des débats d’experts et des chamailleries politiciennes, la pandémie a surtout révélé l’absence d’un « grand récit », de cette interprétation du moment et du monde, de cette affirmation de valeurs et d’objectifs, qui permettent à des sociétés désemparées de se rassembler, au-delà de leurs différences et de leurs différends.

    Aucun grand discours n’est venu donner du sens à la crise, alors que l’incertitude aurait mérité autre chose que des déclarations convenues et des consignes techniques. Certes, on n’est pas en guerre. Il n’y a donc pas eu d’appel du 18 juin. Il n’y a pas eu non plus de harangue épique à la hauteur du discours des « heures sombres » prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 à la Chambre des Communes. Ni d’exposé grave comme celui de Franklin Roosevelt le 6 janvier 1941 sur les Quatre Libertés, dont celles, tellement d’actualité, de « vivre à l’abri du besoin et à l’abri de la peur...

    Lire la suite

  • Zut, on déconfine

    A quoi reconnaît-on une personne déprimée ? Même les bonnes nouvelles ne lui rendent pas le sourire.

    Ce sentiment de blues généralisé domine largement après les annonces du Comité de concertation de mercredi. Les écoles rouvrent ? Bof. Les terrasses vont s’égayer ? Ah bon. Le couvre-feu va sauter ? Soit.

    Mais que se passe-t-il dans un pays plutôt réputé pour sa bonne humeur ? Il se passe d’abord que le Comité de concertation a pris la...

    Lire la suite