Accueil Opinions

Daniel Cohen: «On est dans le service après-vente d’une société industrielle qui meurt»

Pour l’économiste Daniel Cohen, il ne faut pas être pour ou contre la croissance, il faut s’en immuniser. Las, on n’en prend guère le chemin...

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 6 min

En 1957, le philosophe des sciences Alexandre Koyré montrait, dans son ouvrage Du monde clos à l’univers infini, comment la révolution galiléenne ou la découverte du calcul infinitésimal avaient profondément modifié la conscience qu’a l’homme de lui-même et de sa place dans l’univers. En titrant son nouvel essai Le monde est clos et le désir infini, Daniel Cohen, directeur du département d’économie de l’Ecole normale supérieure, fait plus qu’un clin d’œil à Koyré : il nous invite lui aussi à modifier la conscience que nous avons de nous-mêmes, en réorientant le sens de nos priorités plutôt que de succomber au mirage d’une croissance mortifère.

Vous dites que croire à une croissance infinie relève de la méthode Coué. Mais vous ne prônez pas pour autant la décroissance. Expliquez-nous…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs