Accueil Société

Un premier djihadiste belge condamné pour assassinat terroriste en Syrie

Jamais encore le parquet fédéral n’avait pu attraire devant les tribunaux des Belges partis en Syrie pour les exactions commises dans les zones de combat.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

La condamnation, lundi par le tribunal correctionnel d’Anvers, à 28 ans de prison assortis d’une mise à disposition du TAP (Tribunal de l’application des peines) d’Hakim Elouassaki, un djihadiste de 24 ans originaire de Vilvorde, est la première condamnation pour « assassinat terroriste » encourue par un combattant belge de l’Etat islamiste. Jamais encore le parquet fédéral n’avait pu attraire devant les tribunaux des Belges partis en Syrie pour les exactions commises dans les zones de combat. A défaut de preuves (et a fortiori de plaintes), seuls des faits de « participation à une organisation terroriste » avaient pu être mis à la charge des condamnés : ce qu’ils faisaient là-bas échappait à toute incrimination pénale, la suspicion pourtant crédible d’avoir participé à de rapts, des viols, des meurtres, des décapitations ne pouvant être établie.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs