Accueil Monde Union européenne

Ceta: «C’est un accord du passé»

L’eurodéputée belge Marie Arena (PS) votera contre l’accord de libre-échange avec le Canada, ce mercredi en séance plénière du Parlement européen à Strasbourg. Le Ceta sera voté, mais mal voté, prédit-elle : avec « une majorité assez courte ». Et cela même si le credo protectionniste de Donald Trump redonne du tonus à celui, libre-échangiste, de l’UE…

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 7 min

L’eurodéputée Marie Arena (PS, groupe des Sociaux-Démocrates au Parlement européen) n’en démord pas : il faut couler le Ceta ! Seule Belge membre effective de la commission du commerce international du Parlement, Arena suit ce dossier à la trace depuis des mois. Et, comme en commission, elle votera « non » ce mercredi, en séance plénière, à l’accord de libre-échange conclu entre l’Union européenne et le Canada – même si les socialistes wallons ont fini par soutenir les améliorations arrachées à l’automne, lors du mémorable bras-de-fer avec le fédéral, les Européens et… les Canadiens.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par CARION JEAN, mardi 14 février 2017, 13:59

    sorry il convient de ne pas confondre libre échange et ULTRA ......quelque soit le terme se fond justement avec conservatISME. Et ne pas confondre entre CETA et TTIP il y a justement une ENORME différence. Certains sont encore sous les chants des sirènes ........

  • Posté par Dehon Jean-Noé, mardi 14 février 2017, 13:20

    Si je rejoins Madame ARENA sur le point : « CETA : un accord du passé », je m’interroge sur ce qu’était notre « démocratie du passé ». Il n’est un secret pour personne que, tant pour le CETA que pour le TTIP, ce sont nos ministres démocratiquement élus par les citoyens des états membres –dont la Belgique – constituant le CONSEIL DE L’UNION EUROPÉENNE (sous la présidence du GRAND DUCHÉ DE LUXEMBOURG pour le CETA et de Monsieur H. VAN ROMPUY pour le TTIP), qui ont délégué les négociations de ces traités à la COMMISSION EUROPÉENNE en en lui imposant des directives précises : en janvier 2009 pour le CETA : directives 9036/09 WTO 80 SERVICES 21 CDN 13 RESTREINT UE ; en juin 2013 pour le TTIP : directives ST 11103/1/13. Ces documents classifiés « RESTREINT UE/EU RESTRICTED » - bien qu’ayant contraints les traités -, n’ont été accessibles aux citoyens européens que pratiquement à l’issue des négociations. Les ministres du CONSEIL DE L’EUROPE agissent sous le couvert de divers parlements (Chambre et Sénat au fédéral belge) ; le PARLEMENT EUROPÉEN – démocratiquement élu par les citoyens -, doit donner son aval aux textes du CONSEIL . . . et au final, tout est dit dans un document « TOP-SECRET » qui engage le futur du « Vulgum Pecus » européen ( ??) » ! De qui se moquent nos élites européennes pour ne citer que celles-là ? Le seul respect des critères de l’article 64 de notre Constitution (critères d’éligibilité) les autorise-t-il à bafouer les règles de la « Démocratie représentative » ? Tout ce remue ménage, cette crainte justifiée de voir entériner des traités rédigés sous manteau, n’est-il pas la conséquence d’un flagrant déni de démocratie « du passé » – si tant est que ce ne soit aujourd’hui encore une triste actualité ?

  • Posté par CARION JEAN, mardi 14 février 2017, 12:25

    Ce PS confirme quotidiennement sa politique rétrograde! Voici aujourd'hui la confirmation de son populisme médiéval sou poudré de phrases creuses et de lieux communs. Jeter le trouble par des antagonismes inexistants, refuser l'innovation par un protectionnisme primaire digne des partis extrémistes ou des ultra conservateurs! Prêcher l'immobilisme afin de se garantir l'asservissement de son électorat et conserver une idéologie du collectivisme économique. Non Madame, nous ne vivons pas sur la même planète......heureusement.

  • Posté par Collignon Jean-michel, mardi 14 février 2017, 12:59

    Monsieur Carion, c'est vous le rétrograde! Voter anti-ceta, c'est protéger la démocratie (ou ce qu'il en reste) européenne. Le commerce est important, mais aussi la transparence, la participation, la démocratie, les droits des citoyen(ne)s, les services publics et, plus important encore, l'environnement. Le commerce ultra-libéral tue l'emploi, tue les PME au profit des multinationales.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs