Accueil Monde

Comment la «Russian connection» fragilise Trump

Donald Trump tentait mardi de trouver la parade après la démission de son conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn qui soulève des interrogations sur sa capacité à s’entourer mais aussi sur l’épineux dossier de ses relations avec Moscou. Mis en cause pour ses contacts avec l’ambassadeur russe à Washington, Sergey Kislyak, l’ancien général Flynn a été contraint de jeter l’éponge.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Il était devenu un fardeau, et la plus grande déception de Donald Trump, qui confiait à mots couverts une exaspération grandissante. Le général Michael G. Flynn, conseiller du président à la sécurité nationale, a bu la coupe jusqu’à la lie lundi soir : cet ancien des renseignements militaires, fervent partisan d’un rapprochement avec Moscou, a dû remettre, contraint et forcé, sa lettre de démission au chef de l’État, moins d’un mois après son entrée en fonction. Il a été remplacé à titre temporaire par le lieutenant-général Keith Kellogg.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs