Accueil Société

François Bellot, médiateur de l’impossible

Le ministre fédéral de la Mobilité (MR) est appelé à jouer au Casque bleu. Dans deux dossiers très chauds : les nuisances aériennes à Bruxelles et le rail.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

L a mobilité ne connaît pas les frontières linguistiques », déclarait récemment le professeur Willy Miermans, expert en mobilité à la Universiteit Hasselt, interrogé par Het Laatste Nieuws. Le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) pourrait ajouter qu’elle ne connaît pas non plus les frontières régionales. Et pourtant : ce sont bien les rivalités entre les Régions qui composent notre pays – Willy Miermans parle de notre « esprit de clocher » – qui ont conduit à la situation ubuesque dans laquelle se trouve, une nouvelle fois, l’Etat belge aujourd’hui. Voilà donc François Bellot appelé à présent à jouer au médiateur dans deux dossiers où le gouvernement fédéral, pourtant compétent, se révèle paralysé : le dossier des nuisances générées par les activités de l’aéroport de Zaventem, ainsi que celui de la SNCB, et singulièrement du Réseau express régional (RER).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lavenne Eric, samedi 18 février 2017, 20:31

    Je le répète , j'espère avec sincère empathie, que ce ministre , ne devra pas jouer au démineur , en se retrouvant au cœur d'une sorte de "mission impossible" Mais ,nous ;à Bruxelles(certaines communes) on dort mal( et cela aussi; ce n'est guère bon pour la santé)

  • Posté par Lambinet Guy, samedi 18 février 2017, 10:28

    imposez-vous ! vous etes le ministre des transports ! il s'agit de l'économie du pays quand même. Les améliorations de la mobilité ne fera que renforcer les possibilités d'emploi. On a parlé de la liaison ferroviaire Quievrain/Mons, pour ne pas y mettre une priorité d'autant plus que la France dépense plus que vous pour réaliser cette jointure de 1600 mètres qui permettra d'éviter la pollution, mais surtout le développement des entreprises locales qui ne sont pas des moindres. Un politique qui ne prend pas ses responsabilités et qui n'osent pas affronter les opposants, n'est pas à sa place !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs