Accueil Société Régions Bruxelles

Pollution de l’air: Céline Frémault «comprend l’inquiétude des Bruxellois»

Une zone de basses émissions permanente sera mise en place dès 2018.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Alors qu’environ 200 personnes ont protesté samedi contre la mauvaise qualité de l’air à Bruxelles, la ministre régionale de l’Environnement, Céline Frémault (CDH), dit « comprendre l’inquiétude des Bruxellois » et rappelle les mesures prises par le gouvernement, parmi lesquelles la mise en œuvre d’une zone de basses émissions, prévue en 2018, devrait « permettre d’améliorer rapidement la qualité de l’air », indique-t-elle dans un communiqué.

Outre l’adoption en novembre dernier du seuil d’information de 50 microgrammes par mètre cube d’air (µg/m³), à partir duquel la population doit être avertie et peut agir en adaptant son comportement, le gouvernement s’est engagé à travers le « Plan Air Climat Energie », approuvé en juin 2016, à mettre en place dès 2018 une zone de basses émissions permanente, dont seront bannies les voitures les plus polluantes, sur l’ensemble des 19 communes bruxelloises.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs