Accueil Monde

Syrie: des négociations sans objet pour le régime

Le 23 février, l’ONU patronnera à Genève la reprise des négociations sur la Syrie. Mais le régime, qui pense avoir gagné la guerre, n’y fera guère de concessions. Sa victoire, pourtant, risque de se révéler impossible à gérer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

De nouvelles négociations de paix sur la Syrie doivent s’ouvrir ce jeudi 23 février à Genève sous l’égide des Nations unies. Par trois fois, les mêmes parties s’étaient retrouvées sur les bords du lac Léman en 2016, sans réussir la moindre avancée. Cette fois, d’aucuns espèrent quelques résultats, ne fût-ce qu’en raison d’un contexte géo-militaro-politique qui a beaucoup évolué sur le terrain ces six derniers mois. La plus grande prudence reste néanmoins de mise car le régime de Bachar el-Assad, qui a le vent en poupe, ne subit aucune pression significative pour amorcer autre chose que des réformes sans réelles substances.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs