Accueil Belgique Politique

Survol de Bruxelles: la Flandre a aussi ses exigences

Un désaccord de fond sur le second recours flamand contre les normes de bruit bruxelloises n’empêchera pas les protagonistes du litige de se parler dans le cadre d’un Comité de concertation boiteux.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Huit nouvelles réunions au programme. A partir du vendredi 3 mars, et ensuite tous les mercredis et vendredis du mois jusqu’au mercredi 29 mars. Voilà ce dont a accouché jeudi matin la « réunion de travail » des autorités régionales de notre pays présidée par le Premier ministre MR Charles Michel dans le cadre de la nouvelle action en conflit d’intérêts introduite par le gouvernement flamand contre la Région bruxelloise. En cause, toujours : la décision bruxelloise d’appliquer strictement son arrêté régional de 1999 qui plafonne les nuisances sonores des avions au-dessus de son territoire, amendes à la clé.

Et on parlait bien de « réunion de travail » et non de « Comité de concertation », histoire sans doute de ne pas heurter les sensibilités.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Steen Willy, vendredi 24 février 2017, 10:45

    Dans un pays normal, la proposition d'amener le trafic le plus bruyant à Liège serait accueilli les bras ouverts, mais chez nous ça ne marche pas avec cette éternelle jalousie en matière d'emploi! Pourtant, l'industrie flamande est autrement plus importante qu'en Wallonie, la Flandre n'a pas à s'estimer lésée si Liège prend la partie la plus décriée du trafic, mais non, ça ne marche pas comme ça! Par contre, pour ennuyer 1 million de personnes plutôt que 60000, là on n'hésite pas, même si un partage 30-70 serait accepté! La proportion, même dans ce cas, reste très désavantageuse pour Bxl avec 18 fois plus d'habitants!! Et si un jour un avion tombait sur Bxl plutôt que sur le brabant flamand, le nombre de sinistrés serait autrement plus catastrophique, et cet aspect ne semble jamais être pris en compte! Or, dans un tel cas, le nombre de vies humaines exposé est capital et devrait l'emporter sur tout le reste!

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs