Comment dompter le «président-enfant» Trump et ses tweets compulsifs

Donald Trump. © Reuters.
Donald Trump. © Reuters.

Votre patron est le président d’une grande puissance mondiale, orgueilleux et susceptible, obsédé par son image, prompt à s’enflammer sur Twitter à la première contrariété, et vous cherchez un remède ? Suivez les recommandations des anciens conseillers en communication de Donald Trump ! Un, ne le laissez pas seul trop longtemps, car il a tendance à tourner en roue libre et écumer, à force de s’abreuver de télévision câblée. Deux, arrangez-vous pour déposer chaque jour sur son bureau des articles positifs, voire élogieux, pour tempérer l’impact d’une couverture médiatique globalement négative. «  A chaque fois que le candidat Trump était agacé par une couverture injuste, le mieux était de lui montrer qu’il bénéficiait par ailleurs d’un traitement juste de la part de médias plus amicaux  », confie à Politico l’ancien directeur de sa communication, Sam Nunberg, limogé par le milliardaire au début de sa campagne présidentielle.

Bien sûr, écrit la revue, tout cela est plus facile à dire qu’à faire : le 45e président des Etats-Unis n’en fait en général qu’à sa tête, et il suffit d’un reportage télévisé «  biaisé  » pour attiser son courroux, aussitôt exprimé au travers de tweets enflammés. Personne n’a pu ainsi l’empêcher de contre-attaquer l’ex-Miss Univers Alicia Machado, qui l’avait accusé en octobre de l’avoir traité de «  Miss Piggy  » ou de rebondir ad nauseam sur la question relativement futile du nombre de personnes ayant assisté – sous le crachin – à son investiture, le 20 janvier à Washington.

Judicieuse sélection

Mais il y a des astuces, souligne Tara Palmeri, de Politico, citant Nunberg et une autre source : Trump est un type «  à l’ancienne  », qui ne lit quasiment aucun article en ligne, et privilégie le «  papier  », New York Times et Washington Post. Ce qui donne de la marge avec les nouveaux médias, «  alternatifs  » et conspirationnistes, entendez d’extrême-droite : Breitbart News,Infowars.com, Washington Examiner, Daily Caller. Il suffit dès lors d’opérer une judicieuse sélection des «  bonnes  » lectures, de les imprimer et les agrafer, puis s’assurer qu’elles seront en évidence sur le Bureau Ovale, dès potron-minet. Le tour est joué ! Ne reste plus à espérer que le milliardaire soit dans un bon jour et ne remâche rien dans son coin, avant l’arrivée de ses conseillers.

Ces recettes ont-elles marché jusqu’ici ? Pas toujours, mais leurs auteurs insistent sur la nécessité de bien comprendre les ressorts psychologiques de ce «  président-enfant  » : il réagit sur Twitter lorsqu’il a l’impression que les gens ne s’expriment pas suffisamment sur un sujet. Si la sélection d’articles portée à son attention inclut la mention d’informations amplement retweetées, alors peut-être jugera-t-il inutile de se faire justice lui-même. Puisque tout cela n’a rien d’une science exacte, les anciens confidents de Donald Trump auraient tout de même dû ajouter un dernier conseil à leurs successeurs : surtout, bonne chance !

Cet article est en accès libre sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite