Accueil Belgique Politique

Ecolo veut tenter le défi «zéro chômeur»

Deux députés écologistes se sont rendus en Bourgogne, dans l’une des dix zones retenues pour l’expérience pilote visant à éradiquer le chômage de longue durée. Séduits, ils proposent au ministre-président wallon de tester une démarche identique sur Charleroi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

A u XXIIe siècle, il y avait ici 80 moines qui savaient lire et écrire. C’était la Silicone Valley du Moyen Age », lance fièrement Gérard Voisine, adjoint au maire de La Charité-sur-Loire (Bourgogne). La localité, jadis dépendance clunisienne et étape sur le chemin de Compostelle, conserve des traces de son glorieux passé : l’église et les ruines abbatiales, le cœur de ville, ainsi qu’une chênaie parmi les plus importantes de France. C’était bien avant que la désindustrialisation ne précipite le déclin de la région. Aujourd’hui, sous l’égide de Prémery, la communauté de treize communes a été choisie avec neuf autres pour participer à l’expérience « territoire zéro chômeur de longue durée ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Mine , mardi 28 février 2017, 16:04

    il est possible de proposer des emplois, mais "on" ne veut pas les payer;, on manque aussi de créativité et de sens de l´organisation pour imaginer les emplois supplémentaires .Le cadre de la législation n´est pas encore assez flexible pour une vaste création d´emplois. En plus, il serait très intéressant de connaître le pourcentage de chômeurs, qui accepteraient de quitter leur domcile douillet pour prendre "n´importe quel travail".

  • Posté par Mathieu Colmant, vendredi 24 février 2017, 16:41

    L'initiative est à louer. Et du boulot, on peut en trouver : Nettoyage des routes, des forêts, des canaux, entretien et balisage de randonnées (ce qui favorisera aussi l'activité physique), entretien des pistes cyclables, missions d'aide dans des asbl, gestion de crêches, déplacement de personnes âgées ou handicapées,... L'avantage pourrait aussi de réduire le travail au noir, puisqu'un chômeur mis en activité n'aurait ainsi plus / moins de temps pour aller faire de menus travaux pour l'un ou l'autre. Et tant qu'à demander au gouvernement de payer une indemnité de chômage, autant qu'elle serve à quelque chose d'utile pour la société !

  • Posté par Mortier Emmanuel, vendredi 24 février 2017, 17:30

    D'accord avec Mathieu mais le risque existe aussi d'avoir des emplois "inutiles" du style des surveillants d'escalators du métro de Moscou des temps soviétiques. De plus, si ce sont des emplois subsidiés ne vont-ils pas concurrencer des boulots normaux? Il y a de sérieux risques de dérive dans tous les sens. Mais le but est louable.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs