Accueil Culture Cinéma

Quand la diversité s’invite enfin aux Oscars

La 89e cérémonie des Oscars a lieu ce dimanche. La diversité semble prendre sa revanche aux Oscars. Cette année, au moins un acteur noir est nommé pour chaque prix d’interprétation : du jamais vu.

Analyse - Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

L’an dernier, la polémique faisait rage. Pour la deuxième année consécutive, aucun acteur et aucune actrice noir(e)s n’était en lice pour remporter l’Oscar du meilleur premier ou second rôle. Cela malgré les performances remarquées d’Idris Elba dans Beasts of no nation ou de Michael B. Jordan dans Creed. Une réalité qui avait provoqué un tollé, cristallisé sur Twitter par le #OscarsSoWhite, et qui avait amené Spike Lee, Will Smith ou encore Jada Pinkett Smith à boycotter la cérémonie, dénonçant par la même occasion le conservatisme de l’Académie et sa composition trop vieille, trop masculine et trop blanche pour coller à la réalité. Une controverse qui avait ponctué la cérémonie et qui avait conduit l’Académie à changer ses règles de votes et à « doubler le nombre de femmes et de membres issus de la diversité dans l’Académie d’ici 2020 ». Malgré cette ouverture, les votants aux Oscars sont toujours très majoritairement des hommes (73 %) et des blancs (89 %).

Un an plus tard, le changement semble toutefois en marche. Parmi les nommés : Ruth Negga (Loving), Denzel Washington et Viola Davis (Fences), Mahershala Ali, Naomie Harris (Moonlight) et Octavia Spencer (Hidden Figures). Soit au moins un acteur ou une actrice noir(e) pour chaque prix d’interprétation : du jamais vu dans l’histoire des Oscars.

Des doutes sur la sincérité

Et le bouleversement ne s’arrête pas là puisque le réalisateur et scénariste Barry Jenkins est également nommé deux fois pour Moonlight, le directeur de la photographie Bradford You est nommé pour Arrival et la catégorie documentaire regorge de « nominations black » (13th d’Ava DuVernay, I Am Not Your Negro de Raoul Peck et OJ : Made In America d’Ezra Edelman.).

De quoi donner un sentiment d’espoir… mais aussi se questionner sur la sincérité de la démarche. Car si certains films sortent du lot (Moonlight par exemple), on a aussi l’impression que d’autres sont là pour faire bonne figure, et pour tenter de calmer les esprits : Fences, nommé quatre fois, est servi par de grands interprètes mais manque de relief et n’a pas l’étoffe d’un meilleur film.

« On vit dans un monde où on essaie de prendre des décisions de manière très rapide, souriait le mois dernier Barry Jenkins, réalisateur de Moonlight, lorsqu’on évoquait avec lui ce retournement de veste hollywoodien. Je pense qu’il faudra 4 ou 5 ans avant de pouvoir vraiment prendre du recul. Selon moi, les choses vont changer, mais c’est un peu prématuré de faire de grandes annonces aujourd’hui. C’est carrément plus facile pour moi de faire des films aujourd’hui que lorsque j’ai commencé en 2004. La différence, c’est que si j’allais dans un bureau ou un studio, à l’époque, je ne voyais pas beaucoup de personnes qui me ressemblaient. Aujourd’hui, je vois beaucoup de personnes qui me ressemblent : beaucoup de femmes, de personnes de toutes les couleurs… Je pense que grâce à ça, les choses sont très différentes et vont continuer à avancer. »

La place des minorités et des femmes a reculé dans l’industrie

De son côté, la présidente de l’Académie des Oscars, Cheryl Boone, elle-même noire, ne crie pas victoire. « Je suis très heureuse, a-t-elle dit à l’AFP. Mais ce n’est pas nécessairement un message. Notre académie est composée de professionnels, qui décident des nommés dans leur catégorie. (…) Et cette année nous avons eu la chance d’avoir une merveilleuse liste de films. »

Référence en la matière, le rapport 2016 sur la diversité à Hollywood de l’université UCLA soulignait d’ailleurs qu’au-delà des Oscars et autres cérémonies, la place des minorités ethniques et des femmes dans l’industrie cinématographique avait reculé et que les minorités restaient sous-représentées sur tous les fronts pour la période 2013-2014 (la dernière examinée). Au final c’est bien là que se situe l’enjeu. Car c’est en parvenant à plus d’égalité et à une meilleure représentation des minorités dans les différents corps de métiers que celles-ci seront mieux représentées dans les cérémonies. Des « minorités » qui, comme le souligne le rapport, représentent aujourd’hui environ 40 % de la population américaine… et en représenteront la majorité dans quelques décennies.

Quelques célèbres polémiques aux Oscars

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

1973. Marlon Brando honoré pour sa prestation de Don Corleone dans Le Parrain envoie à sa place la jeune apache Shacheen Littlefeather vêtue de vêtements traditionnels pour dénoncer le rôle réservé aux Indiens dans les films américains au cinéma et à la télévision.

© DR
© DR

1978. Oscar du meilleur second rôle féminin pour Julia, Vanessa Redgrave dénonce vertement les associations pro israéliennes qui avaient lancé un boycott en raison de sa présence et de sa sympathie affichée et assumée pour la cause palestinienne. La comédienne se fait copieusement huer par une partie de l’assistance.

2002. Halle Berry, première comédienne afro-américaine à remporter l’Oscar de la meilleure actrice pour À l’ombre de la haine, dédie la récompense à « Toutes les femmes de couleur qui ont maintenant une chance de réussir car une porte s’est ouverte ce soir ».

© DR
© DR

2003. Oscar du meilleur documentaire pour Bowling for Columbine, Michael Moore s’en prend frontalement au locataire de la Maison Blanche : « Nous sommes contre cette guerre, Monsieur Bush. Honte à vous, Monsieur Bush, honte à vous ! ». Dans la salle, les réactions seront contrastées.

2009. Meilleur acteur pour Harvey Milk, Sean Penn prône l’ouverture et la tolérance envers la cause gay : « Je pense qu’il est temps pour ceux qui ont voté en faveur de l’interdiction du mariage gay de réfléchir à leur grande honte et à la honte qu’il y aura dans les yeux de leurs petits-enfants s’ils continuent sur cette voie. Nous avons besoin de l’égalité des droits pour tout le monde ».

2015. Patricia Arquette reçoit l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Boyhood. Émue, la comédienne dénonce les inégalités hommes/femmes. « À toutes les femmes qui ont donné naissance, à tous les contribuables et à tous les citoyens de ce pays, nous nous battons pour l’égalité des droits de chacun, et il est temps, pour nous les femmes, d’obtenir l’égalité des salaires et des droits aux États-Unis ».

Tendances, nominés, oubliés…: tout ce qu’il faut savoir sur les Oscars 2017

La 89ème cérémonie des Oscars aura lieu cette nuit au Dolby Theatre de Los Angeles

Temps de lecture: 4 min

Cette édition sera présentée par l’humoriste, Jimmy Kimmel. Les deux dernières éditions avaient suscité la controverse suite à l’absence de nomination d’acteurs noirs pour remporter le prix tant convoité. Cette année, le changement semble en marche car au moins un acteur ou une actrice de couleur a été nominé pour chaque prix d’interprétation.

Comme chaque année, des films sont mis à l’honneur

Avec 14 nominations, le film de Damien Chazelle « La La Land » fait figure de grand favori. Il n’est pas le seul à être nommé plusieurs fois en effet, « Premier contact », « Lion », « Jackie », « Les figures de l’ombre », « Moonlight », « Manchester by the Sea », « Tu ne tueras point », « Comancheria », « Fences », « Rogue One : A Star Wars Story », « Passengers », « Kudo et l’Armure magique », « Florence Foster Jenkins » et « Les Animaux fantastiques » talonnent le favori avec au moins deux nominations.

Au détriment d’autres

Parmi les oubliés, on peut citer « Le Monde de Dory » des studios Pixar et « Deadpool » de Tim Miller. Pour les acteurs et actrices, c’est Tom Hanks pour son rôle dans « Sully  », Amy Adams pour son rôle dans « Premier Contact » malgré les 8 nominations du film mais aussi Taraji P. Henson pour son rôle dans « Les figures de l’ombre   ».

Les inattendus

L’actrice française Isabelle Huppert nominée pour son rôle dans « Elle » réalisé par Paul Verhoeven. Elle devient ainsi la 12ème Française nominée aux Oscars. Sera-t-elle la 5ème actrice française a remporté le prix tant convoité et qui salue l’ensemble des productions cinématographiques américaines ? La question restera en suspens car elle a des rivales de taille surtout l’actrice américaine Emma Stone pour son rôle dans « La La Land ».

Le retour de Mel Gibson, longtemps mis de côté par le monde Hollywoodien, nominé pour « Tu ne tueras point » (Hacksaw Ridge).

Les absents

Nathalie Portman, en lice pour l’Oscars de la meilleure actrice pour son rôle dans « Jackie » est absente à cause de sa grossesse. Étant proche de son terme, la star ne préfère pas prendre de risque. Le réalisateur iranien, Asghar Farhadi, qui boycotte l’événement suite au décret anti-immigration du Président américain Trump, diffusera son film « Le Client » sur Trafalgar Square à Londres.

► Voici les nominés dans chaque catégorie :

Meilleur Film

« Comancheria » produit par Carka Hacken et Julie Yorn

« Fences » produit par Todd Black, Scott Rudin et Denzel Washington

« Les Figures de l’ombre » produit par Peter Chernin, Donna Gigliotti, Theodore Melfi, Jenno Topping et Pharrell Williams

« La La Land » produit par Fred Berger, Jordan Horowitz et Marc Platt

« Lion » produit par Iain Canning, Angie Fielder et Emile Sherman

« Manchester by the Sea » produit par Lauren Beck, Matt Damon, Kimberly Steward, Chris Moore et Kevin j. Walsh

« Moolight » produit par Dede Gardner, Jeremy Kleiner et Adele Romanski

« Premier Contact » produit par Shawn Levy, Dan Levine, Aaron Ryder et David Linde

« Tu ne tueras point » produit par Bill Mechanic et David Permut

Meilleur réalisateur

Denis Villeneuve pour « Premier Contact »

Mel Gibson pour « Tu ne tueras point »

Damien Chazelle pour « La La Land »

Kenneth Lonergan pour « Manchester by the Sea »

Barry Jenkins pour « Moonlight »

Meilleur acteur

Casey Affleck pour le rôle de Lee Chandler dans « Manchester by the Sea »

Andrew Gardfield pour le rôle de Desmond Doss dans « Tu ne tueras point »

Ryan Gosling pour le rôle de Sebastian Wilder dans « La La Land »

Viggo Mortensen pour le rôle de Ben Cash dans « Captain Fantastic »

Denzel Washington pour le rôle de Troy Maxson dans « Fences »

Meilleure actrice

Isabelle Huppert pour le rôle de Michèle Leblanc dans « Elle »

Ruth Negga pour le rôle de Mildred Loving dans « Loving »

Nathalie Portman pour le rôle de Jackie Kennedy dans « Jackie »

Emma Stone pour le rôle de Mia Dolan dans « La La Land »

Meryl Streep pour le rôle de Florence Foster Jenkins dans « Florence Foster Jenkins »

Pour l’ensemble des nominations : Cliquez ici

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Plahiers Michèle, samedi 25 février 2017, 23:15

    Introduire des "noirs", des "femmes" pour créer de la diversité, n'est-ce pas au contraire détruire la différence. Qui sont: ces noirs, ces femmes? Ni identité, ni particulaté, ni nom de famille qui pourrait vraiment les différencier. Obama, c'est Obama et pas un noir,...

Sur le même sujet

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez toutes les sorties, salles et horaires sur Cinenews

Découvrez le programme
Cinenews Voir les articles de Cinenews