Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Le violon oublié et le ciseau du père

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 2 min

Gauthier Louppe n’avait pas de parents vraiment musiciens, mais son père était ébéniste. Et c’est dans le grenier familial, à Saint-Mard, qu’il a déniché un violon qui avait justement servi à son papa quand il était jeune. Il a alors appris en autodidacte, s’est tourné vers la musique populaire et ensuite auprès d’un professeur de violon.

« Papa m’avait appris à travailler le bois, explique Gauthier Louppe. J’ai donc conçu des instruments populaires, puis, mon professeur Arias Georges, de l’Orchestre philharmonique de Luxembourg, m’a poussé vers la lutherie. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs