Accueil Vie privée

Les pacemakers, cibles potentielles des hackers

Pacemaker ou défibrillateur… Pourrait-on vous hacker le cœur ? Est-il possible de délivrer au porteur des stimulations électriques jusqu’à ce que mort s’ensuive ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Il y a neuf ans, le vice-président des États-Unis Dick Cheney décidait de désactiver les fonctions de contrôle à distance de son implant cardiaque par crainte d’un hacking. Et si le vice-président n’avait pas pris cette décision ? La série « Homeland » imagine alors le pire en 2012 à travers l’épisode « Broken Heart ». Son pacemaker hacké, un politicien s’effondre, terrassé par un arrêt cardiaque sous le regard satisfait de son adversaire. Après « Homeland », la série policière belge « United 42 » consacre un épisode au hacking des implants. Ces scénarios pourraient-ils rejoindre aujourd’hui la réalité ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Vie privée

Info « Le Soir » Reconnaissance faciale: une enquête cinglante sur l’usage du logiciel Clearview par la police

Un nouveau rapport d’enquête de l’Organe de contrôle de l’information policière, que « Le Soir » a pu consulter, précise que 78 recherches illégales ont été menées dans cette base de données privée. « Une ingérence très grave dans le respect de la vie privée », dit le contrôleur fédéral, qui ordonne à la police de demander à la société américaine Clearview d’effacer les données qu’elle lui a fournies.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs