Accueil

Un décret condamné à survivre

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 1 min

Le décret inscriptions a été rédigé en 2009 par l’ex-majorité PS-CDH-Ecolo. Dès sa divulgation, il a été couvert de reproches. Un : le système est complexe. Deux : le MR et bien des parents jugent qu’il restreint la liberté de choix de l’école (propos auquel les auteurs du décret opposent que la Constitution garantit la liberté de choix du réseau, pas de l’école). Trois : ce décret devait favoriser la mixité sociale (et là, c’est loupé). Ses auteurs renvoient que leur vrai but était de rendre les inscriptions transparentes et d’empêcher les passe-droits (et là, but atteint). Ils ajoutent qu’abolir le texte – ce que certains réclament – renverrait d’un coup l’école aux pratiques de naguère (files devant les écoles, inscriptions à la tête du client…). Un chaos dont aucun parti ne veut en fait. Contesté, contestable peut-être, le décret est condamné à survivre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs