Accueil

Le Klara Festival s’interroge sur l’émigration et l’identité

« Home sweet home », le titre de l’édition 2017, ne manque pas d’ambiguïté car davantage que le bonheur d’être chez soi, c’est son absence qu’il va aborder.

Du 9 au 24 mars dans divers lieux de Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La migration ou l’exil nous parle directement du vécu de notre monde, tout comme les problématiques qu’engendrent ces déplacements : l’identité, la fuite, l’aliénation, les échanges culturels, le mal du pays ou l’envie de voir du pays. Autant de démarches qui vont naître d’un retour aux racines musicales. Avec tout le respect pour les écoles nationales et les musiques populaires que cela implique : au-delà des choix mélodiques et rythmiques, issus des musiques populaires. On ne s’étonnera donc pas de voir la programmation se centrer sur l’Europe et les Etats-Unis, le Vieux et le Nouveau Monde au cours des XIXe et XXe siècles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs