Accueil

22 mars, un an après: «Je n’y repense que quand je passe par Maelbeek»

Arrivé en 2009 à la Stib, le conducteur de métro était à la Gare de l’Ouest lorsque l’alerte a été donnée par radio.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

D’un naturel plutôt réservé, il dit d’ailleurs aimer la « solitude de la cabine », Mauro Rocca se prête pourtant sans hésiter au jeu de l’interview. « Cela fait un an maintenant et je comprends très bien que l’on revienne sur le sujet, c’est normal », explique celui qui, quelques jours après les attentats, a choisi de reprendre son boulot de conducteur de métro à la Stib. « Il y a clairement eu deux catégories au sein du personnel, ceux qui ont voulu reprendre immédiatement après les attentats et ceux qui n’ont pas pu le faire tout de suite. Moi, j’ai recommencé le lendemain car de mon point de vue, il valait mieux remonter en selle que de broyer du noir chez moi. Je ne vais pas dire que j’y suis allé sans stress mais la présence des militaires nous a rassurés, sans cela, je ne suis pas sûr d’y être retourné ».

Il valait mieux remonter en selle que de broyer du noir chez moi

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs