Accueil Belgique Politique

Moody’s dégrade la note de la Wallonie

L’évaluation de l’agence passe de A1 à A2, mais avec perspective stable. Christophe Lacroix (PS), le ministre du Budget, n’en démord pas : pas question de sombrer dans l’austérité et d’accroître la fiscalité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

La sanction est tombée en toute fin de semaine dernière : l’agence de notation Moody’s a décidé de dégrader la Wallonie qui passe du niveau A1 au niveau A2, avec toutefois la mention de « perspective stable ». L’information était attendue depuis plusieurs semaines. Le 15 février dernier, Christophe Lacroix (PS), ministre du Budget, recevait encore les représentants de l’agence à son cabinet pour un tour d’horizon sur les finances publiques régionales.

En juillet dernier déjà, Moody’s avait tiré sa notation vers le bas. La Wallonie était maintenue en A1, mais le commentaire passait de « stable » à « perspective négative ». La décision prise la semaine dernière est la suite logique de celle enregistrée à l’été 2016.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Teixeira Pedro, lundi 13 mars 2017, 10:28

    Je pense que toutes ces agences de notations ( américaines pour la plupart ) feraient bien mieux de regarder le budget US plûtot que de metre le nez dans le nôtre.

  • Posté par Wattiaux , dimanche 12 mars 2017, 16:55

    L'affaire Publifin nous a montré qu'il y avait encore beaucoup à faire pour éviter des dépenses inconsidérées. Il y a donc une marge avant de parler de taxation. L'argent publique doit servir au bien-être de la communauté et dans une moindre mesure aux décideurs. La quantité de ceux-ci doit être en adéquation avec la nécessité que requiert les organisations mises en place pour gérer cette redistribution . La multiplication de celles-ci n'est pas forcément un gage de qualité et semble en l'occurrence, servir plus des intérêts particuliers.

  • Posté par CARION JEAN, lundi 13 mars 2017, 11:59

    tout à fait exact; c'est une mise en garde concernant la gestion et non une pression immédiate d'austérité. Mais comme à l'habitude le PS détourne l'information et son véritable message afin de masquer les dérives de sa propre gestion. Populisme quand tu nous tiens!

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs