Accueil Monde

Les meetings annulés font le jeu d’Erdogan

En empêchant la venue de ministres turcs en campagne pour le régime présidentiel, les capitales européennes permettent au chef de l’Etat de jouer sur la fibre nationaliste de l’électorat.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Depuis Istanbul

Fascisme », « nazisme », « racisme »… Le président turc Recep Tayyip Erdogan n’en finit pas de convoquer le lexique des extrêmes pour décrire le traitement subi par deux de ses ministres, empêchés de tenir meeting à Rotterdam ce week-end.

« Vous allez en payer le prix », a-t-il lancé au gouvernement néerlandais, dont l’ambassadeur est devenu persona non grata à Ankara. La semaine dernière, l’Allemagne avait eu droit au même procès en « nazisme » après plusieurs annulations de réunions pro-Erdogan.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs