Accueil Belgique Politique

L’aide aux écoles en difficulté sera mieux ciblée

Le système d’aide aux écoles en souffrance va mieux tenir compte de la condition des enfants. Désormais, on tiendra compte de la situation (professionnelle, sociale…) des parents.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

L’idée est ancienne (elle remonte à 1989) : les écoles en difficulté, qui accueillent des publics défavorisés, reçoivent (un peu) plus de moyens que les autres. On parlait autre fois de ZEP (zones d’éducation prioritaire). On a ensuite parlé des « écoles en discriminations positives. » On parle désormais d’écoles en « encadrement différencié. »

Les mots changent. Le principe, non. Il s’agit d’accorder davantage de moyens aux écoles qui ont davantage de besoins.

Le tout est de les repérer, ces écoles en souffrance.

Le 8 mars, Marie-Martine Schyns (CDH), la ministre de l’Education, a fait adopter un avant-projet de décret, qui corrige et affine le système actuel.

Le Soir a pu lire ce texte.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Lavenne Eric, vendredi 17 mars 2017, 9:54

    Bien entendu; existeront toujours de très bons de bons et de moins bons voire "mauvais élèves", mais toute frontière statistique ente bons et mauvais élèves en arrive toujours à une zone densément peuplée par les deux camps. Un troisième type de pédagogie , allez redevenez sérieux.!! Quant aux dits "mauvais ils ne le seront jamais en tout" du moins dans la vie sauf si "hédonismes exclusifs et phénomènes de "moral panic" perdurent .

  • Posté par Lavenne Eric, vendredi 17 mars 2017, 9:42

    Si cela ,devait fonctionner un peu , peut-être qu'une bouffée d'air , ferait du bien au moral "enseignant" ?? Quant aux pervers et hédonistes du "fric" qui y verraient un moyen de réduire le rôle de l'enseignant en en réduisant le nombre ; ils seraient démasqués , dans le sens où la "protection de leurs petits chéris primerait , avant toute chose"

  • Posté par Lavenne Eric, vendredi 17 mars 2017, 9:30

    Comment donc s'y prendre ; car en apparence de tels sites sont anglais : " un truc" dans un contexte ou pas mal d'enfants décrochent massivement à un âge connu, des "autorités " elles mêmes . tapez donc en plein site anglais : "mathématiques dérivées en français" ; et ooh surprise !!!! Mais ces "pseudo devoirs devraient impérativement " précéder le cours donné par l'enseignant ( car deux voies différentes ne mènent-elles pas plus aisément à Rome)

  • Posté par Lavenne Eric, vendredi 17 mars 2017, 9:19

    De tels sites , existent , existent déjà et sont facilement téléchargeables .Leur problématique : dans l'ordre numérique; que le très compliqué précède le complexe, et ensuite ,le simple surgit. Bien entendu ;un contrôle parental s'avère impératif , mais beaucoup moins dans la compréhension que dans la durée . "Tu tentes de comprendre une heure de "maths"(pas mal semblent y être allergiques) puis on t'autorise à faire une à 2 heures d'"Adèle.....")mais encore sous contrôle très distant cette fois

  • Posté par Lavenne Eric, vendredi 17 mars 2017, 9:07

    Nous sommes en pleine ["civilisation [hédoniste] " avec tout son "attirail ad hoc"]. Au fait ,pourquoi ne pas utiliser une partie de cet attirail en son contexte bénéfique (à la manière d'un" aide cuisinier" : c'est une locution à la mode) Un tel site ,se doit donc d'être "hédoniste" mais en rien dans la "matière à enseigner" et redoutable d'efficacité quant au contexte réel à faire comprendre ; si vous ne faites pas ce cumul , c'est "foutu d'avance"

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs