Accueil Société

Un an après le 22 mars, la peur est toujours là

Mardi 22 mars 2016. 7h58. Deux bombes explosent coup sur coup à l’aéroport de Zaventem, suivi d’une troisième déflagration près une heure plus tard à la station de métro Maelbeek à Bruxelles. Comment ces attentats ont-ils changé notre vie  ? Regards sur une société de courage, de sécurité, de résilience, mais aussi de questionnements.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 25 min

Chacun se rappelle ce qu’il faisait le 22 mars 2016. Il y a ceux qui l’ont vécu de près. Anne était à Mérode : « J’attendais le métro… J’avais “raté” celui qui a sauté ». Cécile habite non loin de Maelbeek. Elle devait rejoindre un ami à Madou, une station proche, quand elle a appris l’explosion. « On s’est dépêchés de rentrer à la maison pour se mettre à l’abri. Des gens qui étaient dans le métro qui a explosé commençaient à remonter à pied dans ma rue. Il y avait surtout un monsieur, la main en sang. On l’a accueilli à la maison toute la matinée… », raconte-t-elle. D’autres l’ont vécu de plus loin : « J’étais à Madagascar. Seule. Avec la réalité de là-bas qui faisait que je ne pouvais exprimer ni mon désarroi, ni mes peurs entretenues par l’imaginaire lié à la distance. Dur », se remémore Céline.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs