Accueil La Une Opinions

Vincent de Coorebyter sur le 22 mars : «Nous vivons comme avant, mais nous ne pensons plus comme avant»

Le professeur de l’ULB estime que « le débat public est resté digne » après les attentats de Zaventem et Maelbeek du 22 mars. Mais il ne faut pas pour autant sous-estimer les crises sous-jacentes que vit notre société.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

« I l faut distinguer le visible et l’invisible » pour tenter d’établir un diagnostic nuancé des répliques provoquées dans notre société par la secousse du 22 mars, estime le professeur de l’ULB Vincent De Coorebyter.

Qu’est-ce qui vous frappe particulièrement dans cette Belgique post-attentats ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Plahiers Michèle, samedi 18 mars 2017, 12:17

    Une popullation qui ne réagit plus fait le terrain du cancer. De l'extérieur tout l'air normal, mais le crabe de la haine lui avance inexorablement.

  • Posté par Cogest , samedi 18 mars 2017, 12:15

    voilà bien un titre incompréhensible. N'y a-t-il pas une négation qui manque ??

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs