Accueil Opinions Chroniques

Faut-il créer un «comité de service public»?

La chronique de Vincent Engel

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

L’ampleur de la crise, ou plutôt des crises que traversent aujourd’hui nos démocraties pourrait être aussi l’occasion d’une réaction salutaire. Alors que des apprentis dictateurs poussent un peu partout comme des champignons vénéneux – Trump, Poutine, Erdogan, Orban… – et que le mycélium du populisme et de l’extrême droite se répand sous l’humus d’une démocratie en décomposition, il est temps que ceux à qui la «res publica» appartient reprennent les choses en main et assument leurs responsabilités. Après le constat établi la semaine dernière, il est temps de formuler des propositions concrètes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 25 mars 2017, 13:21

    L'idée est bien de rebattre les cartes des fondements de notre démocratie. Cela ne viendra pas tout seul. Ceux qui détiennent les clefs du (des) pouvoir(s) ne sont pas prêts à les rendre volontairement. Les y forcer ? Les temps ne sont plus aux révolutions populaires. Alors il faut que la presse indépendante et tous les "vecteurs d'opinions non-politiques" sortent du bois et mettent une "pression" telle que il n'y ait plus d'autre issue pour "eux" que de se soumettre à un renouveau démocratique.

  • Posté par Lavenne Eric, lundi 20 mars 2017, 5:18

    Par ailleurs un comité finit toujours par en "tuer" un autre.....

  • Posté par Lavenne Eric, lundi 20 mars 2017, 5:05

    Ici, j'ai bien lu ,l'ensemble du texte , mais par une sorte de force impérative ; j'en reviens au titre " Faut-il créer "un comité de service public" ? Attention !!! danger.... à l'ancienne notion " de comité de salut public" avec ses maintes dérives et cataclysmes consécutifs. (Là ;on y règle ses comptes en" premier" ensuite très rarement l'on s'excuse ; mais trop tard; la "machine est en route".......)

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Peut-on parler calmement des institutions?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : la « désinstitutionnalisation » telle que l’entend l’article 19 de la Convention onusienne relative aux droits des personnes handicapées est-elle applicable et souhaitable en toute circonstance ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs