Accueil Société

Le Pacte d’excellence inquiète les historiens

La réforme de l’école envisage de créer un « cours intégratif » associant histoire, géo, sociologie et économie. Une bonne idée ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Rien n’est fixé… « pour le moment », leur dit-on. Et ce « pour le moment » les inquiète beaucoup. Alors, ils ont décidé d’être « proactifs », comme le rapporte Catherine Lanneau, professeur d’histoire à l’Université de Liège (ULg). Et ils ont déposé une carte blanche, sur le site du Vif, signée par un peu plus de… 100 historiens, issus des universités, des Hautes écoles et, dans une moindre mesure, d’écoles secondaires.

Qu’est-ce qui les inquiète ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Van Steen Willy, mercredi 22 mars 2017, 9:15

    Pourquoi ces éternelles remises en question de l'enseignement francophone? Il suffit de faire un copié-collé sur ce que fait le nord de notre pays! Les résultats sont là!! Pas besoin de dépenser autant d'énergie et d'argent alors que la solution est à notre porte!

  • Posté par Barthels Henry, mardi 21 mars 2017, 22:40

    L’ADEO – Asbl  Association des directeurs de l’enseignement officiel -  dit NON au Pacte pour un enseignement d’excellence. Cette position porte sur les implications du Pacte pour les chefs d’établissement et l’organisation des écoles, et met surtout l’accent sur ses conséquences structurelles dans l’organisation de l’enseignement. En effet, non seulement la problématique des réseaux de caractères différents a été totalement absente des débats mais le texte bétonne l’organisation en interréseaux. Avec pour conséquence une mise sur un pied d’égalité pour l’organisation, et donc la subsidiation, de tous les réseaux, qu’ils regroupent des établissement privés et confessionnels ou officiels et neutres. Ce serait en quelque sorte, sous couvert d’un accord politique, un nouveau Pacte scolaire qui ne dit pas son nom, au détriment de l’enseignement officiel. Notre association demande avec force aux défenseurs d’un enseignement public neutre et pour tous de réagir aux propositions contenues dans la Pacte afin d’éviter la mise à mal de l’enseignement officiel. Ne serait-il pas temps d’ouvrir les portes à une négociation sur une neutralité de tous les établissements subventionnés par l’argent public, cela en attendant la mise sur pied d’un réseau unique et public ? Henri Barthels et Daniel Pisvin, administrateurs de l’Adeo.

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 21 mars 2017, 21:37

    Quel peut être le niveau d'un cours interdisciplinaire sans bases disciplinaires?J'ai "pesté", avec de nombreux parents, contre le cours d'EDM, qu'ont reçu mes enfants dans le 1°cycle du secondaire : c'était un cours 'fourre-tout", d'informations!

  • Posté par Lavenne Eric, mardi 21 mars 2017, 20:40

    Exemple: Hannibal à franchi les Alpes avec ses éléphants( les Alpes avec ou sans neige ??) .On y retrouve de l'Histoire; de la Géographie, de l'Ecologie; de la politique; de l'économie et même de la philosophie militaire:" Voir Naples et puis mourir) !! Perso. je m'y retrouve mais les enseignés ????????

  • Posté par Sottiaux Etienne, mardi 21 mars 2017, 20:27

    Intégrer, c'est permettre d'appréhender la complexité et réalité de notre monde. Ne pas intégrer, c'est maintenir l'idéologie des intellectuels qui considèrent être les seuls à détenir la vérité....C'est très académique et déconnecté des modes de pensée collaboratifs.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs