Accueil Opinions Éditos

Et si leur haine nous avait contaminés?

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 5 min

Le temps suspendu.

Un moment sans plus de minutes ou de secondes.

Un silence assourdissant transpercé par des sirènes, et des sirènes, et des sirènes.

Nous n’oublierons jamais.

Etrange sentiment. Comme si une partie de nous était restée figée à la place précise où nous avons appris cette chose – les morts, l’aéroport explosé, le métro éventré – tandis que l’autre a recommencé à marcher, à boire, à travailler et à rire. Oui, à rire.

On ne sait plus si c’était le lendemain ou une semaine plus tard, ou encore après, que nous nous sommes remis en route.

On sait juste que dans l’instant, et jusqu’à très tard dans la nuit, on n’a pas pu bouger, stupéfiés par la violence, tétanisés par la peur, anéantis par la mort. Chez nous, là, soudain, à portée parfois même de notre propre corps.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par MARTIN Roland, jeudi 23 mars 2017, 7:59

    Tous les message et belles phrases de paix, d'amour et de tolérance, sont ils bien compris et partagés dans toutes les cultures actuellement ? Quand on voit un moine tibétain en robe orange, est on assailli de craintes ? Quand on voit un brahmane , a t on peur de son aspect ou de ce que cet aspect pourrait incarner ? Un curé, une nonne? Un chinois ? un japonais en habits traditionnels ? Quand on voit un barbu éventuellement accompagné par sa femme complètement voilée dans le hall de l'aéroport, ressent on cela comme une gêne ? une appréhension ? Chacun évaluera cela en fonction de la symbolique que ces cultures représentent à ses yeux.

  • Posté par jean pierre Smit, mercredi 22 mars 2017, 12:46

    Toutes les manifestations de sympathie, d'hommage aux victimes, d'ouverture , de tolérance , etc..c'est très bien et nécéssaire , mais cela passe à côté de l'essentiel ! La source première du terrorisme prend ses racines au Moyen Orient où les idées de retour à un Islam strict par application littérale des livres sacrés sans interprétation possible, gagne une partie croissante des populations et sont considérées comme la voie à suivre par tous les musulmans.Frères musulmans, Daesch, Jobar al Nosra, AlQuaida,,etc..;partagent tous à 95% les mêmes idées. En outre cette évolution a été facilitée par les interventions extrêment maladroites de l'Occident qui n'a utilisé que l'intervention miitaire, parfois sans aval de l'ONU, (Afghanistan, Irak, SOmalie, Lybie, Syrie,..) et dont le s victimes civiles atteignent des milliers. Il ne faut pas croire que le s attaques de drones sont chirurgicales , 90% de s victimes sont civiles. La plupart de nos concitoyens oublient que nos F16 bombardent Daesh en Irak alors que nous n'étions pas menacés . Quelle est la différence entre Daesch et l'Arabie Saoudite d'ailleurs qui exécute chaque année des dizaines de délinquants, qui punit le s femmes pour adultère, punit de mort l'Homosexualité.La population belge ne se rend pas suffisamment compte que la Belgique est en guerre et qu'on peut donc s'attendre à des représailles . Quand on lit les message posthume des terroristes de Paris et Bruxelles leur message est très clair : vous nous tuez , donc on vous tue. On ne trouve pas là de choc de s civilisations ou de reconqûete de l'Europe !

  • Posté par De Bilde Jacques, mercredi 22 mars 2017, 11:59

    "Nourrir les imaginaires, livrer un autre discours et poser des actes d’avenir face à ceux qui désignent un ennemi plutôt qu’un projet". Absolument d'accord. Mais hélas les politiques sont plus devenus des experts comptables que des producteurs de sens. A travers, les politiques de rigueur et d'austérité, imposées par ailleurs par l'UE, on nous fait croire que désormais il n'y en a plus assez pour tout le monde et que certains sont de trop. Cela passe par la mise en accusation des plus fragiles : les migrants, les étrangers ou, tout simplement, les « autres ». Un Ministre fédéral NV-A a passé un cap supplémentaire en accusant MSF "de contribuer à la traite des êtres humains, d’encourager l’immigration illégale et d’y causer « indirectement plus de morts ». C'est invraisemblable, mais tout à fait symptomatique d'un discours politique qui se structure autour des questions d'identité et d'appartenance nationale au lieu de plaider en faveur de plus de justice sociale et de démocratie.

  • Posté par Plahiers Michèle, mercredi 22 mars 2017, 10:49

    Le politiquement correct est grandement responsable de la situation actuelle . La haine,pour la gauche c'est ou c'était, discriminer ou plutôt établir une certaine échelle de valeur (donc pas égalitaire), Non Madame Delvaux, discriminer, c'est au contraire trier le bon grain de l'ivraie et placer au sommet ceux qui sont les plus aptes à vaincre la haine. La haine est une tendance naturelle et même inévitable depuis que Dieu a refusé le cadeau de CaIn. La compétition, la rivalité en sont le ferment. Nier la haine, c'est aussi empêcher que naisse une autre compétition, celle de l'amour. Rappelez-vous ce film: L'homme tranquile. quand John Wayne et Mac Lagen se battent; pour finir par comprendre que la lutte est inutile et finissent par se jeter deans les bras l'un de l'autre.

  • Posté par De Bilde Jacques, mercredi 22 mars 2017, 12:34

    Si je suis un athée convaincu c'est précisément parce que je ne peux accepter l'idée du péché originel qui postule que l'homme est né mauvais. Moi je suis plutôt rousseauiste. Et donc, contrairement à ce vous pensez, la haine n'est pas une tendance naturelle mais le produit d'un environnement familial qui la suscite. Les parents maltraitants sont le produit d'une enfance maltraitée.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs