Accueil

Jérusalem Une partition flamboyante mise en scène avec sagesse

Une pièce oubliée de Verdi.

Jusqu’au 25 mars à l’Opéra royal de Wallonie (Liège).

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Créé en 1847 à Paris, Jérusalem appartient à ces opéras qui ne sont que peu joués sur scène. Pourtant, la partition du maître romantique qu’était Giuseppe Verdi mériterait les honneurs tant elle est aboutie et digne de ses plus grandes pièces.

Remaniement de I Lombardi, cet opéra en français met en scène l’idylle de Gaston de Béarn et d’Hélène, fille du comte de Toulouse. Pure et sincère, leur histoire d’amour va pourtant être assombrie par un drame. Secrètement amoureux d’Hélène, son oncle Roger va ordonner de tuer Gaston… mais assassinera par erreur son propre frère Raymond tout en accusant Gaston de ce geste terrible. Pris de remords, il s’exilera alors en Terre Sainte et aidera les croisés à libérer Jérusalem.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs