Accueil Société

Pourquoi Anvers s’est fait peur

Jeudi matin, une voiture française a emprunté à vive allure le « Meir », à Anvers. Son conducteur disposait d’un riot-gun dans le coffre. Il avait déjà été contrôlé mercredi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La sécurité dans le centre d’Anvers, et particulièrement, sur le Meir, cette rue piétonne et commerçante du centre, a été renforcée après l’arrestation d’un Franco-Tunisien qui transportait dans sa voiture un riot-gun, des armes blanches et un jerrycan au contenu indéfini. L’homme, qui était ivre et probablement sous l’emprise de stupéfiants n’avait toujours pas pu être auditionné jeudi soir en raison de son état.

La Citroën C5 rouge du suspect, qui avait emprunté à vitesse élevée le Meir avait contraint, vers 10 h 45, plusieurs passants à l’éviter. Des militaires patrouillant dans cette artère bordée de magasins, avaient enjoint au conducteur de s’arrêter, un ordre qu’il avait ignoré, poursuivant sa route en brûlant un feu rouge à hauteur du Meirbrug, au bout de la rue commerçante.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Le Carré Jean-yves, vendredi 24 mars 2017, 10:20

    "de nationalité franco-tunisienne", qui délivre de tels passeports ?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs