Accueil Société

Polémique anti-avortement: l’UCL suspend le cours de Stéphane Mercier

Après la polémique suite à ses propos anti-avortement, l’Université catholique a aussi décidé d’entamer une procédure disciplinaire.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 2 min

La nouvelle est tombée ce vendredi soir : l’Université catholique de Louvain a pris la décision de suspendre les enseignements de son chargé de cours invité Stéphane Mercier. En outre, l’université a décidé d’entamer une procédure disciplinaire à son encontre.

Pour mémoire, une vive polémique est née au début de cette semaine suite aux propos anti-avortement tenus par Stéphane Mercier devant ses étudiants. Dans un texte d’une quinzaine de pages intitulé «La philosophie pour la vie. Contre un prétendu droit de choisir l’avortement», l’enseignant s’était lancé dans un véritable plaidoyer « pro-life ». Il y indiquait notamment ceci : «  L’ IVG, c’est un euphémisme qui dissimule un mensonge : la vérité, c’est que l’avortement est le meurtre d’une personne innocente ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Ryckmans Genevieve, samedi 25 mars 2017, 12:34

    Les opinions dans le cadre d'un cours universitaire doivent être exposés à charge et à décharger pour permettre une réflexion éclairée. Donc pas de plaidoyer à sens unique ! j'ai été enseignante et aussi parlementaire à l'époque des problèmes éthiques concernant l'interruption de grossesse : relisez les documents parlementaires avec les positions nuancées et les limitations dans les textes. Il ne s'agit pas d'une porte ouverte à l'avortement n'importe comment et la détresse des femmes en difficulté a été prise heureusement en compte.

  • Posté par De Bilde Jacques, samedi 25 mars 2017, 10:35

    L'argument selon lequel ce prof aurait bafoué la loi est curieux. Dans une démocratie parlementaire, une loi peut être abrogée, modifiée, amendée, complétée, interprétée. Par contre, lorsqu'on est prof d'univ, l'objectivité commande de présenter une argumentation contradictoire et non de défendre, de manière unilatérale, un point de vue personnel. C'est d'autant plus vrai qu'il s'agit d'un sujet éthique qui prête à une discussion intéressante. Le débat politique d’avril 1990 sur la sanction et la promulgation de la loi a fait l'objet d'une publication du CRISP par Xavier Mabille démontre que l'adoption de cette loi a fait l'objet d'un long processus parlementaire et politique.

  • Posté par stals jean, vendredi 24 mars 2017, 21:23

    Non Monsieur Watrin Martial on ne peut pas vous non plus vous laissé écrire n'importe quoi . L'avortement n'a absolument rien d'un dogme, vous confondez avec les dogmes de votre religiosité schizophrénique... De plus ce prof invité de l'UCL se mettait hors la loi en prétendant que l'avortement est le meurtre d'une personne. IL est bien évident que si l'avortement à été dépénalisé en Belgique, c'est que il a été scientifiquement et cliniquement prouvé que l'embryon, foetus en devenir et foetus à ses tous débuts au moment de l'IVG n'a encore rien d'une personne, rien de rien, car à ce moment la, le système nerveux et à fortiori le cerveau n'existe pas encore. Chèr monsieur, mangez vous des oeufs? si oui vous faite partie des meurtriers car un oeuf est en principe une créature divine en devenir elle aussi...Manger vous de la viande? si oui vous êtes à tous les coups complice d'un meurtre d'un être vivant doué d'un cerveau et doué de sensibilité lui. Dernière chose, pour affirmer à des étudiants qu'un avortement est en fait plus grave qu'un viol, je me demande si ce Mercier à bien toutes ses facultés mentales. J'ai appris qu'il était l'invité vedette à la manif organisées par les ultra cathos, ces fanatiques religieux ces intégristes de carnaval, ces véritables dictateurs en puissance vu que la loi qui permet l'avortement ne leur porte à eux aucun mais aucun préjudice. Les avortements pratiqués pour quelques raisons que cela soit ne les regardent en rien, en rien du tout. Que tous ces croyants au père noel, foutent la paix à leurs semblables une bonne fois pour toutes.

  • Posté par Watrin Martial, vendredi 24 mars 2017, 23:21

    Un embryon qui devient fœtus, si on laisse son développement aller jusqu'à son terme, que devient-il? Un être humain, bien entendu. Il n'est pas question pour moi de faire appel à des notions religieuses ou métaphysiques (âme, etc.), mais simplement de constater que l'aboutissement naturel de la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde, sauf accident ou avortement, c'est une naissance. Non, l'IVG n'est pas un acte banal, ni une intervention qui met fin à une pathologie. La grossesse serait-elle une maladie? Je ne vous conteste pas le droit d'avoir votre opinion. Pourquoi voulez-vous interdire ce qui vous contredit? Le pluralisme pour vous, c'est : "OK pour ceux qui m' approuvent, et silence aux autres"?

  • Posté par Bougelet Philippe, vendredi 24 mars 2017, 19:02

    Oui, à condition de rester neutre dans le syllabus! Ce qui n'était pas le cas.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs